Download this complete Project material titled; La Mort Et Le Soleil Dans L’etranger Et La Peste D’albert Camus with abstract, chapters 1-5, references, and questionnaire. Preview Abstract or chapter one below

  • Format: PDF and MS Word (DOC)
  • pages = 65

 3,000

ABSTRACT

This research is the study of death and sunshine in two works of Albert Camus, L’étranger (The stranger) and La peste ( The pestilence). Albert Camus is an Algerian-Frenchman who lived in thetwentieth century. He was a prolific writer who wrote novels, drama and political essays. This study considers the themes of death and sunshine which appear much in his literary works. The work is divided into six chapters : The first is a general overview of the problem. The importance of the study as well as the objectif and limitations are also shown in this chapter. The second chapter is a literature review of the studies already carried out on the literary works of Albert Camus. While there exist many studies already carried out on the works of Camus and especially on the L’étranger which is one of our principal books, most of these studies are on the theme of death. There has not been much research on the theme of sunshine. In the third chapter, we show the theoritical framework which we used for our analysis. We used the thematic, psychoanalytic and sociological approaches. The fourth chapter is an analysis of death in L’étranger and La peste and in chapter five we did an analysis of sunshine in the same works. The sixth chapter is a consideration of L’étranger and La peste as an evocation of the personal experiences of Albbert Camus. Following this is the general conclusion.
xiv

 

 

TABLE OF CONTENTS

Page de titre ———- ——— ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– – i
Déclaration ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– — ii
Certification —— ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– —- iii
Dédicace ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——- iv
Remerciements ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– v
Table des matières ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– —– vii
Résumé ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– xiii
Introduction générale ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– — 1
0.1.0 Un survol sur la littérature française depuis le Moyen Age au XXe siècle —- — 5
0.1.1 Le Moyen Age ——- ——- ——- ——- ——- ——- – ——– ——– —– 7
0.1.2 Le développement de la langue Française ——- ——- ——- ——- ——- — 9
0.1.3 La Renaissance ——- — ——– ——– ——– ——– ——– ——– —— 12
0.1.4 La Pléiade ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- —– — 13
0.1.5 La Préciosité —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— —– 14
vii
0.1.6 Le XVIIe Siècle et le Baroque —— —— —— —— —— —— — —– — 16
0.1.7 Le XVIIe Siècle et le Classicisme —— —— —— —— —— —- – ——- 17
0.1.8 Le XVIIIe Siècle et les Philosophes —— —— —— —— —— —— —- 19
0.1.9 LřEncyclopédie ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- ———- — 21
0.1.10 La Révolution Française ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——— 22
0.1.11 Le Clergé ——- ——- ——- ——- ——- ——– ——- ——- ———– 22
0.1.12 La Noblesse ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- — – —– 24
0.1.13 Le Tiers Etat ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- ——- — —- 24
0.1. 14 Le XIXe Siècle et les Changements —— —— —— —— —— ——- — 26
0.1.15 Le XIXe siècle et la Révolution Industrielle ——- ——- ——- ———– 27
0.1.16 La littérature française du XXe Siècle —— —— —— —— —— ——- 30
0.1.17 LřEntre-deux-guerres ——– ——– ——– ——— ——– ——- ——- 34
0.1.18. La période après-guerre —— —— —— ——- —— —— —— — ——- 37
0.1.19 Le XXe Siècle et le genre romanesque —— —— —— —— ——— —– 37
0.1.20 Le Dadaïsme —— —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 38
viii
0.1.21 Le Surréalisme —— —— —— —— —— —— —— —— —— —– — 39
0.1.22 LřExistentialisme —— —— —— —— —— —— —— —— —— —- — 41
0.1.23 LřAbsurde —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— — —– 45
0.1.24 Le Nouveau Roman —— —— —— —— —— —— —— —— — ——- 49
0.1.25 La vie dřAlbert Camus —— —— —— —— —— —— —— —— ——- 53
0.1.26 Albert Camus et son enfance —— —— —— —— —— —— ————- 54
0.1.27 Albert Camus : Lřhomme et ses oeuvres — ——– ——– ——– ——– — 57
0.1.28 Albert Camus et le Prix Nobel —— —- ——– ——– ——– ———- — 62
0.1.29 Lřévolution de Camus entre 1942 et 1947 ——– ——– ——– ————- 64
0.1.30 Les concepts clés : Essai de définitions et dřexplication —— —— —– —– 68
0.1.30.1 La Mort —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— ——- — 68
0.1.30.2 Le Soleil —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— — 76
1.0 Chapitre Un : Les problèmes de base de la recherche —— —— —— —- ——- 79
1.1 Enonciation du problème —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 83
ix
1.2 Objectif de la recherche —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 85
1.3 Portée et limite du travail —— —— —— —— —— —— —— —— — —— 88
1.4 Justification du sujet —— —— —— —— —— —— —— —— ——— —– 89
2.0 Chapitre deux : Etat des études sur le sujet —— —— —— —— —— — —– 91
2.1 Camus : Doublement étranger —— —— —— —— —— —— —— — —— 92
2.2 Commentaires sur la philosophie de Camus —— —— —— —— ——– —– 93
2.3 Camus et la révolte —— —— —— —— —— ——- —— —— ——- ——– 98
2. 4 Camus et la mort —— —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 103
2.5 Camus et le soleil —— —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 105
2.6 Camus et lřExistentialisme —— —— —— —— —— —— —— —— —— 112
2.7 Camus et le nihilisme —— —— —— —— —— —— —— —— —— ——- 114
2.8 Lřhumanisme chez Camus —— —— —— —— —— —— —— —— ——– 118
2.9 Le style de Camus —— —— —— —— —— —— —— —— —— —– —— 124
3.0 Chapitre Trois : Méthodologie —— —— —— —— —— —— —— ——– 136
3.1 Définition de la Méthodologie —— —— —— —— —— —— —— —– —- 137
x
3.2 Etape pratique —— —— —— —— —— —— —— —— —– —– —– —- 137
3.3 Encadrement théorique —— —— —— —— —— —— —— —— ———– 138
3.4 Définition de lřapproche ——– ——– ——– ——– ——– ——– ———- – 138
3.5 Lřapproche thématique —— —— —— —— —— —— —— —— —– —— 138
3.6 Lřapproche psychanalytique —— —— —— —— —— —— —— —— ——- 140
3.7 Lřapproche sociologique —— —— —— —— —— —— —— —— —– —- 141
4.0 Chapitre Quatre ——- ——- ——- ——- ——- ——– —— —— —— —– — 144
4.1 La mort dans L’étranger —— —— —— —— —— —— —— —— —— — 145
4.2 La mort dans La peste —— —— —— —— —— —— —— —– —— ——- 160
5.0 Chapitre Cinq : Le soleil dans L’étranger et La peste —– —– —— —– ——– 185
5.1 Le soleil dans L’étranger —— ——- —— ——- —– —— —— —— — ——- 187
5.2 Le soleil dans La peste —— —— ——- ——- —— —— ——- ——- ——— 192
6.0 Chapitre six : La mort et le soleil dans le corpus : étude comparée —— —– —– 199
6.1.1 La mort et le soleil dans le corpus : Les similarités —— —— ——- —– ——- 199
6.1.2 La mort et le soleil dans le corpus : Les différences —– —– —— ——- —— 204
xi
6.2. Au terme de la mort ——– ——– ——– ——– ——– ——– ——– —– 205
6.2.1 Au terme du soleil —— —— ——- —— —— ——- ——- ——- ——— 209
Conclusion générale —— —— —— —— —— —— —— ——- —— ———– 214
Bibliographie —— —— —— —— —— —— —— —— ——- ——- ——– — 222
xii

 

 

CHAPTER ONE

Introduction générale
0.0 Préambule Dans toutes entreprises littéraires, il y a toujours un écrivain qui écrit, des lecteurs qui consomment le produit et des critiques qui analysent ce que lřécrivain écrit. Autant quřun écrivain écrit, autant quřil traite des sujets variés et autant que son oeuvre soit analysée et interprétée de différentes manières par des critiques. La littérature française est féconde avec une longue liste dřécrivains. Albert Camus, un Français né en Algérie est une figure éminente dans cette liste. Camus est reconnu dans le monde littéraire comme chef de fil de la philosophie de lřabsurde démontré dans son chef dřoeuvre L’étranger une des oeuvres de base de cette recherche.
Lřespace littéraire de Camus comprend des essais, des romans, des pièces de théâtre ainsi que des nouvelles et des contes. Nous remarquons que dans la plupart de ces oeuvres, Camus mentionne la mort et le soleil dřune manière ou dřune autre. Dans L’étranger et dans La peste les thèmes de la mort et du soleil jouent un rôle bien significatif. Il est à savoir que Camus a perdu son père quand il nřavait quřun an donc, avec sa mère qui était très silencieuse, Camus devait vivre dans un quartier pauvre et sale chez une grand-mère stricte et deux oncles infirmes mais travailleurs, comme le dit Alain Coste dans un essai intitulé « Camus ou la parole manquante »(12). La condition précaire de la famille où Camus a grandi est aussi évoquée par Frachet… « Le quartier algérois de Belcourt et le misérable foyer familial que mène à la baguette sa terrible grand-mère
17
qui domine une mère lointaine et silencieuse dont Camus se souvient de son effacement, ses silences prolongés… » (http://frachetcamus.canal.com) Elevé dans la condition que nous venons de peindre, peut-être Camus était-il mal nourri. Il avait peut-être témoigné la mort des enfants mal nourris ou dřautres situations désagréables associées à la couche sociale à laquelle il appartenait. Camus lui-même a été victime de la tuberculose à un moment où on était incertain de la cure de cette maladie. Mais selon Philip Thody dans Albert Camus 1913-1960 (10) et Germaine Bree dans Camus : A collection of critical essays (14), il était miraculeusement guéri. Par cette maladie, peut-être il avait senti la mort en lui-même. La tuberculose quřil a eue, la mort de son père et les tueries quřil a témoignées lors de la deuxième guerre mondiale sont peut-être la raison ả cause de laquelle il est tant préoccupé de la mort dans ses oeuvres littéraires et politiques. Dřaprès le comportement de la plupart de ses personnages, Camus semble sřidentifier avec lřhomme ordinaire. Lors de la fête pour honorer Camus qui avait cent ans en 2013, les étudiants de Sciences politiques dřAix en Provence ont organisé une semaine dřactivités du 8-15 Mars 2013 quřils ont nommé « Journées de Camus » ou « Le Camusard 2013 ». Lors dřun discours où il commentait la présentation, ŖCe que je dois ả lřEspagneŗ faite par Camus en 1958 où il parlait contre le franquisme, Fabien Palem sřest référé ả cette identification de Camus avec les moins privilégiés et il a cité Frédéric-Jacques Temple et al :
18
Amis espagnols, nous sommes en partie du même sang et jřai envers votre patrie, sa littérature et son peuple, sa tradition, une dette qui ne sřéteindra pas. […] Dans la vie dřun journaliste de combat, il faut des sources chaleureuses pour venir combattre lřassombrissement dont jřai parlé et le dessèchement quřon trouve dans la lutte (45).
Comme commentaire, Palem dit … ŖÀ lřimage de son combat algérien, lřengagement de Camus vis-à-vis de lřEspagne est celui dřun intellectuel soutenant les opprimésŗ, (http://www.lecamusard.fr). Dans le Bullétin des études camusiennes dřOctobre 2005, Jacqueline Levi – Valensi partage lřavis de Palem. Elle croit que plus quřun grand moraliste dans la tradition française, Camus fût sans doute un homme de sensibilité, à lřespagnole. Elle croit aussi que ce quřil sentait, et quřil a exprimé comme personne nřavait su le faire, cřest lřextrême respect dû à chaque individu, fût-il le plus humble. Pour Morvan Lebesque, Camus était demeuré fidèle ả une double mémoire : la beauté, les humiliés (37).
Cřest par conséquent de lřoppression, la souffrance et le manque quřil a subi que Camus a pu être aussi humble malgré sa renommée. Ceci a peut-être contribué à sa référence fréquente à la mort dans ses oeuvres. Il est possible quřayant vécu dans le manque, le jeune Camus avait considéré la vie quotidienne comme la mort elle-même. En fait pour Eric De Bellefroid, toute lřoeuvre de Camus est conséquente à la tuberculose quřil a eue et qui a fait naître en lui un grand désir de vivre … « On lřappelle déjà Ŗle petit princeŗ. Un prince qui, au lycée, rencontre son deuxième maître, le philosophe catholique Jean Grenier, qui lui fait goûter lřécriture. Mais un jeune prince aussi qui
19
contracte la tuberculose et sřinstalle à vie dans la convalescence. Dřoù dřailleurs son immense rage de vivre » (http://www.lalibre). A part les oeuvres principales de cette recherche, Camus mentionne aussi la mort dans Le mythe de Sisyphe (1942), Le malentendu(1944), Caligula(1945) L’homme révolté (1951), La chute (1956). Les justes(1950) parmi dřautres. Camus se rapprochera ả certains écrivains de la littérature française du XIXe siècle chez qui la mort est un thème de prédilection. Les écrivains de cette époque évoquaient leurs situations personnelles telles leurs aspirations, leurs réussites et leurs échecs à travers la mort. Selon Olayiwola (221), un bon exemple de ceux-ci, est Les Contemplations (1856) de Victor Hugo qui dès lřenfance avait eu lřambition de devenir « Chateaubriand » ou rien. Dans Les Contemplations, Hugo parle de la mort de sa fille Léopoldine noyée dans La Seine et de son échec par rapport à son drame ŘBurgravesř. Besson (2001) parle aussi de la mort de la femme de Victor Hugo, Adèle et de son petit-fils George Hugo (8).
0.1.0 Un survol de la littérature française depuis le Moyen Age jusqu’au vingtième siècle
Le roman, le théâtre et la poésie constituent les trois grands genres quřon utilise dans lřétude de lřart des lettres. Comme nous allons utiliser deux romans pour lřanalyse du sujet en considération dans notre recherche, il nous est nécessaire de
20
définir ce que cřest, le roman. Le roman est une oeuvre de fiction dans laquelle un auteur crée et distribue des rôles aux personnages imaginaires qui se comportent comme sřils existaient réellement.
Depuis les trois fils de Louis le Pieux (Le Serment de Strasbourg) à Camus, beaucoup dřauteurs ont utilisé la littérature pour sřexprimer. Avant dřapprofondir notre étude, nous allons essayer de donner dans son large, une définition de ce que cřest que le roman ; ses origines et les types : « Le roman est un récit de fiction en prose, relativement long qui présente comme réels des personnages dont il décrit les aventures, le milieu social et la psychologie » (Encyclopédie de la Littérature). Onyemelukwe définit le roman comme :
Une oeuvre ả base dřimagination, en prose, assez long ou sont engagés des personnes fictives présentées comme réels dans un milieu mettant en scène leur psychologie, leur aventures et leur destin. Bref, le roman est un récit, ayant un narrateur (celui qui raconte lřhistoire) et une focalisation (point de vue adopté par le narrateur) ; un début et une fin, ayant une intrigue, un noeud et un dénouement (130).
Selon Dominique Viart, il existe trois générations dřauteurs du roman français. Il indique que Camus appartient à la troisième génération où appartiennent aussi Jean-Paul Sartre, Nathalie Sarraute et Marcel Pagnol.Viart nous apprend que cette génération est née vers 1930 et que leurs oeuvres sont principalement publiées après la deuxième guerre mondiale (http://www.amazon.fr/Le-Roman-fran%C3%A7ais-XXe-si%). Parce
21
que la plupart des romans du vingtième siècle sont écrits entre les deux guerres mondiales, on appellera la littérature de cette période une littérature de guerre ou dřaprès-guerre car, elle rappelle des événements marquants. Selon Brunnel et al, les étapes de ces romans sont lřengagement et la volonté de sřengager. Brunnel et al donnent les textes suivants comme exemples ; La drôle de guerre(1939) et Les chemins de la liberté de Sartre(1945) où le dernier parle de la défaite de la France par lřAllemagne en mai – juin 1940. Chez Julien Gracq Un balcon en forêt (1958) parle du régime de Vichy et de lřOccupation allemande, le régime de vichy signifie le manque de liberté pour la France. Dans Les amants d’Avignon(1944). Elsa Triolet parle de la Résistance tandis que Pierre Gascar, parle des camps de concentration dans Le temps des morts(1953). La période en question a témoigné des difficultés politiques, la division du monde en deux blocs et tous ceux- ci avaient créé un climat dřangoisse dont lřangoisse existentialiste nřest quřune des transpositions littéraires. Lřangoisse existentialiste est la peur de ce que lřhomme peut faire, du pouvoir immense que lui confère sa liberté : cřest de là que naît lřauthentique angoisse dřaprès Sartre et Camus. Pour les existentialistes, lřexistence précède lřessence dans le sens quřon existe avant de devenir quelque chose ou avant de se définir. Dřaprès les existentialistes athées, lřinaction cause lřangoisse, ceci veut dire que lřon se sent mal pour ne pas avoir agi. Ne pas agir pour eux, cřest être lâche et égal à tous les autres existants. Et tous existants sans définition, est de trop. Selon les existentialistes athées, être de trop est comme si lřon nřa pas existé alors, ils encouragent lřhomme de se créer une valeur par laquelle il sera définissable. 0.1.1 Le Moyen Age
22
Pour parler de la mort et le soleil dans L’étranger et La peste de Camus, nous le trouvons nécessaire de montrer que le XXe siècle quřa vécu cet écrivain nřest pas le seul dans lequel les intellectuels ou les savants devaient servir comme des porte-paroles ou des guides ả la bonne voie pour le peuple ả travers leurs oeuvres. Pour le faire, nous allons dřune manière succincte faire un survol de la littérature française depuis le Moyen Age. Selon Jacques Ampère, la période qui date du XIIe au XIVe siècle dans lřhistoire cřest le Moyen Age. Depuis le Moyen Age, les siècles sont caractérisés de différents courants littéraires. Parlant du Moyen Age dans lřhistoire de la littérature française, Ampère (1), indique quřil a son commencement, son milieu et sa fin et que le XIIe siècle est la période ascendante, le XIIIe, la période culminante et le XIVe la période du commencement de la décadence. Selon lui, ces périodes étaient sous les règnes de Philippe Auguste, Saint-Louis et Philippe-le-Bel respectivement. La littérature française de cette période a suivi un mouvement pareil ả lřhistoire quřAmpère a peint. Selon cet écrivain toujours, dans la première période qui est la période héroïque, on trouve les chants rudes, simples, grandioses et les vieilles épopées chevaleresques, par exemple Les Chansons de Roland. La deuxième période cřest celle de lřélégance et le temps où nait le Roman de Renart et la troisième, on a le Roman de la Rose qui a marqué lřère prosaïque et pédantesque.
La Littérature française date du Moyen Age et elle a subi beaucoup de métamorphoses quant ả son influence dans la société. Il y eut deux écoles principales en ce qui concerne la littérature: La première est celle qui voit la littérature comme lřart pour
23
lřart; cette école prévalait au XIXe siècle. Un des pères de cette école est Théophile Gautier de l Řécole formaliste, qui voit le travail du critique comme une simple évolution dřéléments esthétiques dřune oeuvre littéraire. Appartenant à lřécole de Parnasse, cette prise de position est une réaction contre lřengagement des romantiques, qui consiste en un désenchantement dřune génération née de la Révolution Française. En littérature, il sřagit de la prise de position de lřécrivain. La relation entre le fait social et lřimagination donne naissance à lřoeuvre créatrice de lřécrivain. Lřécrivain utilise la situation dans la société pour la peindre; ce rôle fait de lui un guide qui, selon J-P Sartre, Ŗdésigne, ordonne, refuse, interprète, supplie, persuade, insinueŗ (Qu’est-ce que la littérature, 26). On peut dire que le thème dřune oeuvre est lřidée principale quřun écrivain veut transmettre, ou le sens caché dřune oeuvre littéraire. Un thème traité trahi lřengagement dřun écrivain car, le choix des thèmes que fait un auteur reflète sa perception de la société dans laquelle il se trouve ou sřinspire. Par ses thèmes, un écrivain sřadresse aux problèmes de son milieu et a besoin de la compréhension pour faire exister son oeuvre. La littérature dès ses débuts a connu des diverses orientations, selon la réalité et les préoccupations de lřépoque et selon lřinterprétation et la réaction des écrivains envers cette réalité.
En France par exemple, la littérature du XVIe siècle était celle de lřhumanisme, de la Renaissance et de la préciosité. La littérature humaniste sřest reposée sur la traduction, la diffusion et lřanalyse des textes anciens. Les thèmes se sont basés sur les questions
24
relevant des domaines politiques, scientifiques, esthétiques et religieux. La période humaniste était une période de lřabondance de thèmes fantastiques et visionnaires. Dans Gargantua de François Rabelais, il montre les thèmes de la liberté de choix, dřéducation et des plaisirs terrestres. 0.1.2 Le développement de la langue française
Le français est une langue romane c’est-à-dire une langue issue du latin vulgaire. Elle est parlée en France, ainsi qu’en Belgique, au Canada, au Luxembourg, en Suisse et dans 51 autres pays, principalement localisés en Afrique, ayant pour la plupart fait partie de lřancien empire colonial français ainsi que la République démocratique du Congo, ancien Congo belge. On situe la naissance du français vers le IXe siècle et selon Jacque Leclerc, ce francais nřoccupait encore au IXe siècle quřune base territoriale extremement reduite et nřetait parlée que dans les régions dřOrleans, de Paris et de Senlis par les couches supérieures de la population. Le peuple parlait dans le nord, diverses variétés dřoïl: le françois dans la région de lřIle-de-France mais ailleurs cřétait le picard, lřartois, le wallon, le normand ou lřanglo-normand, lřorleanais, le champenois etc. Il faut mentionner aussi le breton dans le Nord-Ouest.Les rois de France pour leur part, parlaient encore le francine (une langue germanique) tout en utilisant le latin comme langue seconde pour lřécrit ;
A cette époque, les gens du peuple étaient tous unilingues et parlaient l’un ou l’autre des nombreux dialectes alors en usage en France. Seuls les «lettrés» écrivaient en «latin d’Église» appelé alors le «latin des lettrés»
25
et communiquaient entre eux par cette langue. Dans le Sud, la situation était toute différente dans la mesure où cette partie méridionale du royaume, qui correspondait par surcroît à la Gaule la plus profondément latinisée, avait été longtemps soumise à la domination wisigothe plutôt qu’aux Francs. Les variétés d’oc, plus proches du latin, étaient donc florissantes (provençal, languedocien, gascon, limousin, etc.), surtout que l’influence linguistique wisigothe avait été quasiment nulle, sauf dans la toponymie. Dès le Xe siècle, le catalan se différencia de l’occitan par des traits particuliers; en même temps, le basque était parlé dans les hautes vallées des Pyrénées (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/HIST_FR_s3_Ancien-francais.htm).
Quant aux langues franco-provençales du Centre-Est, elles correspondaient plus ou moins à des anciennes possessions des Burgondes, puis de l’empereur du Saint Empire romain germanique. Bref, à l’aube du Xe siècle, l’aire des grands changements distinguant les aires d’oïl, d’oc et franco-provençale étaient terminées, mais non la fragmentation dialectale de chacune de ces aires, qui ne faisait que commencer. Soulignons qu’on employait au singulier «langue d’oïl» ou «langue d’oc» pour désigner les langues du Nord et du Sud, car les gens de l’époque considéraient qu’il s’agissait davantage de variétés linguistiques mutuellement compréhensibles que de langues distinctes.
26
Le français a évolué du bas latin vers le gallo-roman au cours du premier millénaire de l’ère chrétienne, ayant été une langue royale, il devient une langue juridique et administrative avec lřordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 (partages.univ-rennes1.fr/files/…/Villers-Cotterets.pdf).Par la suite le français, toujours autour du noyau parisien, se diffusera en France, en Europe et dans le monde. Sřensuit une longue réforme de la langue promué par les académiciens, pour la régulariser et y réintroduire des vocables latins. Le français classique des XVIe et XVIIe siècles devient le français moderne du XVIIIe siècle, langue véhiculaire de lřEurope. 0.1.3 La Renaissance
La Renaissance désigne une époque en même temps quřun renouveau des lettres et des arts. Considérée comme telle, elle est lřaube des temps modernes a eu son origine en Italie dès les XIIIe et XIVe siècles. Elle a gagné l’ensemble de l’Europe au XVIe siècle. Il est question ici dřune renaissance artistique parce que les oeuvres ont rompu avec le Moyen Âge pour s’inspirer de l’art gréco-romain. La renaissance a causé des reformes religieuses et beaucoup dřautres changements. Dřaprès René Rémond Ŗ la Renaissance se caractérise par l’apparition de nouveaux modes de diffusion de l’information, de la lecture scientifique des textes fondamentaux, de la remise à l’honneur de la culture antique
27
(littérature, arts, techniques), du renouveau des échanges commerciaux, et des changements de représentation du mondeŗ (www.phi2080.uqam.ca).
Dans La vie littéraire du XVIe Siècle, Jean-Claude Tournand dit que cřest grâce aux guerres avec lřItalie que la renaissance est connue en France en 1515 sous Louis XII et François Ier dont les règnes ont coïncidé à la bataille de Marignan. Il dit que pourtant, cřest Léonard de Vinci qui a apporté le savoir-faire des artistes de la Renaissance italienne en France. Au début, nous avons indiqué que la renaissance engendre des changements. Cela en était la situation de partout en Europe. Il y avait lřofficialisation et la normalisation des langues populaires qui avant cette période ne lřétaient pas. Il y avait aussi la relecture des écrits de l’Antiquité et la diffusion de l’information par l’imprimerie qui était une invention nouvelle. La Bible était diffusée en des langues vernaculaires. Cřest aussi à cette période que la réforme protestante a eu lieu. Il y avait beaucoup de grandes découvertes, des développements techniques dans la navigation et la cartographie ainsi que lřexploration maritime. 0.1.4 La pléiade
La pléiade est une des caractéristiques littéraires importantes du XVIe siècle. Selon le site Magister, Le mot Pléiade, dans le sens que nous lui connaissons, a été employé d’abord vers 1563 par les Protestants pour tourner en dérision l’arrogance des jeunes disciples de l’humaniste Jean Dorat constitués en Brigade. Ronsard se plut en effet, en 1553, à élire sept d’entre eux, et leur nombre n’était pas sans évoquer la Pléiade mythologique des sept filles d’Atlas changées en constellation, et surtout la
28
Pléiade des sept poètes alexandrins du IIIème siècle avant Jésus-Christ. A vrai dire, cette Brigade constitue moins une école qu’un groupe, d’ailleurs variable, fédéré par la même volonté de rénover les formes poétiques : Ronsard, Du Bellay, Jean-Antoine de Baïf (1532-1589), condisciples au collège de Coqueret, constituent son «noyau dur»; venus du collège de Boncourt, s’y agrègent en 1553 Étienne Jodelle (1532-1573) et Jean de La Péruse (1529-1554), remplacé en 1554 par Rémy Belleau (1528-1577); plus lointainement (ils appartiennent à l’école lyonnaise), s’y associent Pontus de Tyard (1521-1605) et Guillaume des Autels (1529-1581); ce dernier sera remplacé en 1555 par Jacques Peletier du Mans (1517-1582). Enfin, en 1583, cette place est attribuée à Jean Dorat pour honorer son magistère. La Pléiade se caractérise par un souci de variété dans l’inspiration qui lui fait privilégier l’exploration de différents genres: à côté d’une libre imitation des Anciens, les poètes se nourrissent d’influences modernes qu’ils mettent au service d’une langue neuve, volontiers érudite, et de mythes antiques savamment revisités. Ces jeux poétiques ne sauraient faire oublier cependant la hauteur de la mission assignée à la poésie : influencés par le néoplatonisme, les poètes de la Pléiade y voient l’émanation d’une « fureur divine » qui place au-dessus du commun cette figure du poète en mage inspiré dans laquelle Ronsard se reconnaîtra le premier (http://www.site-magister.com/pleiade). 0.1.5 La Préciosité
29
La préciosité est un mouvement culturel et un courant littéraire français du XVIIe siècle qui repose sur la volonté de se distinguer par l’apparence, et plus précisément le fait de posséder des bijoux précieux et de grands vêtements, de tissus chers ; de se distinguer par son savoir. Les Précieuses cherchaient à être pédantes et par son opposition à la domination masculine. Au XVIIe siècle, la préciosité a profondément marqué son temps, par exemple, avec le rejet de l’a priori de la supériorité masculine.
Les Précieuses se retrouvaient dans des salons littéraires tenus souvent dans les ruelles. Ces organisations sont fondées par de grands aristocrates et se développent initialement en Provence et à Paris. Pour y accéder, on doit être une noblesse de sang et une noblesse de lřâme. Les femmes y sont actives. On y discute dans un langage très appliqué, on y parle de littérature, on y écrit et lit des poèmes, presque tous sur lřamour, ainsi que des extraits dřoeuvres.
Selon Charles de Montausier, les salons ont influencé les auteurs de cette époque qui, à travers la pratique du portrait littéraire, de la maxime, du roman, et de la lettre, ont renouvelé la littérature baignant dans un raffinement extrême qui inspirera le libertinage. Ils ont aussi influencé la culture des siècles suivants car les philosophes de lřâge des Lumières prendront lřhabitude de se réunir dans des « salons », coutume qui sřest poursuivie jusquřà lřépoque contemporaine. La Préciosité a aussi eu une influence sur la langue française du XVIIe (academie-angoumois.org/…/les_montausier.pdf). Le vocabulaire précieux était délicat, on évitait lřusage des mots considérés comme sales, offensifs ou in acceptés dans certains cadres … ŖLes Précieux sont surtout connus pour leur création lexicale intense dans le but de désigner le monde de manière pudique (les
30
mots « nobles » sont privilégiés, les mots « bas » sont évités, ainsi que ceux dont les sonorités sont jugées cocasses ou sales » (www.lettres-et-arts.net/histoire). Lřorthographe était figée mais grâce ả la préciosité, on a eu la liberté de sřexprimer en écriture comme on voulait. En ce qui concerne la langue, Doucey et al soutiennent que: « le précieux veut se démarquer du vulgaire, dans son langage comme dans ses manières ; il cherche ả se distinguer par son vocabulaire comme par le style de vie »(121). Lagarde et Michard dans La littérature française du XVIIe siècle ajoute que: La vie de cour est devenue si grossière sous Henri IV que, vers 1600, les courtisans épris de politesse, de conversation galantes et raffinés, prièrent lřhabitude de se réunir dans quelques hôtels aristocratiques. De grandes dames, sřy trouvaient avec des gentilshommes et des gens de lettres…on sřoccupait de littérature, on faisait des vers et le désir de se distinguer aboutissait parfois aux excès de la préciosité la plus ridicule (55). 0.1.6 Le XVIIe siècle et le Baroque
Selon Helene Sabbah dans Littérature 2e degré (1994), le mot baroque vient de barocco en italien qui veut dire quelque chose qui nřa pas dřordre. Le baroque est un mouvement artistique qui a trouvé son origine en Italie dès le milieu du XVIe siècle et qui sřest terminé au milieu du XVIIIe siècle. Sabbah poursuit que le baroque correspond aux moments troublés et incertains de lřHistoire dont il traduit le caractère mouvant, où vrai et faux se distinguent mal. Le baroque a touché tous les domaines, et sřest caractérisé par lřexagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la
31
tension, lřexubérance, la grandeur parfois pompeuse et le contraste, « lřépoque baroque a tenté de dire « un monde où tous les contraires seraient harmonieusement possibles » (www.etudes-litteraires.com/mouvements-litteraires). Lřabsurde que Camus traite dans L’étranger se rapproche du baroque parce que quand il y a du désordre, on nřarrive pas ả facilement comprendre les choses. Mais contrairement au baroque, Camus a montré à lřhomme comment surmonter lřabsurdité de la vie par la révolte. 0.1.7 Le XVIIe siècle et le Classicisme
Ce sont les classicistes qui ont mis en place lřordre dans la littérature française. Le classicisme est né en opposition au désordre du baroque. Il est un mouvement culturel, esthétique et artistique qui sřest développé en France, et plus largement en Europe, entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, de 1660 à 1715 selon Doucey et al. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s’incarnant dans lř« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection. Le terme classicisme désigne en même temps, le mouvement propagé par les écrivains et ce qu’on étudie dans les classes. C’est à partir de ce sens que le mot a été utilisé pour désigner d’une part les auteurs de l’Antiquité dignes d’être imités et d’autre part les auteurs français du XVIIe siècle qui ont développé un art de mesure et de raison en défendant le respect et l’imitation des Anciens » (www.espacefrancais.com/le-classicisme). Avec le
32
rayonnement de la monarchie absolue, le classicisme a imposé ả la fois une conception de lřart et un idéal humain (Doucey, 203). Lřhistoire du XIV siècle ne sera pas complète sans le rôle de Louis XIV. Selon Boulad Ajoub_Josiane, dans un article intitulé Le Règne de Louis XIV, une société fondée sur lřinégalité, Louis XIV est roi de la France au XVII siècle. Il poursuit que vers le milieu du XVIIe siècle, lřépoque classique se prépare et que Louis XIV va imposer le classicisme dans tous les domaines et déterminer les règles du « Grand Goût». En ce qui concerne la tradition classique en art, un de ses plus illustres représentants est le peintre Nicolas Poussin (1594-1665), celui-ci incarne le plus lřidéal classique. Avant de peindre il se documente pour exprimer le vrai, il observe attentivement les couleurs, les formes, les dimensions de ses sujets. En ce qui concerne le théâtre, les pièces de Molière ont aussi satisfait le gout du roi.
Josiane dit que la théorie du pouvoir absolu nřest pas nouvelle ni particulière à Louis XIV, mais jamais elle nřa été mise en pratique avec autant dřéclat. Le regne de Louis XIV voit triompher lřidée de monarchie absolue et de droit divin. Il est le meilleur parmi les grandes figures du monde moderne, en ce qui concerne le caractère religieux, sa personne est sacrée, lui désobéir est pécher ; le roi ne doit de comptes quřà Dieu, non aux hommes. Il est le représentant de Dieu sur terre, il doit distribuer une justice parfaite, défendre la religion, et ne pas enfreindre les « lois fondamentales du royaume », cřest-à-dire les privilèges dont certaines provinces, certaines villes,
33
certaines assemblées jouissent depuis des temps immémoriaux. Puisquřelle émane de Dieu lřautorité du roi ne se partage point. Il nřa pas de premier ministre. Le roi cependant se garde de changer le haut personnel du gouvernement, ministres et intendants, que lui avait laissé le défunt cardinal Mazarin. Au contraire, il lřutilise en le subordonnant étroitement, et peu à peu, emploie les compétences de certains grands bourgeois dont il fait la fortune, fortune qui est toute entière entre ses mains. De cette façon, il tient délibérément la classe bourgeoise dans une plus grande sujétion, comme il lřexplique dans ses Mémoires.
Louis XIV en favorisant lřexistence dřune pléiade dřartistes, en protégeant les lettres et les arts, accordant aides et pensions aux écrivains et aux artistes qui se conforment à lřidéal de bon gout, a suscité une intense activité intellectuelle, a su créer par là un des aspects les plus brillants de lřhistoire de son temps. Son règne tire une partie de son importance des écrivains, peintres, sculpteurs, musiciens quřil a encouragés et qui symbolisent lřélégance, la grâce, la solennité du grand siècle. (http://classiques.uqac.ca/contemporains/boulad_ajoub_josiane/grandes_figures_monde_moderne/grandes_figures). Le classicisme du XVIIe siècle est une esthétique fondée sur des principes d’ordre assez contraignants qui amèneront la critique moderne à assimiler classicisme et respect des règles. Ce respect des règles est observé dans tous les genres littéraires du XVIIe siècle. Un exemple cřest la création de LřAcadémie Française en 1635 pour réglementer le contenu des oeuvres littéraires.
34
0.1.8 Le XVIIIe siècle et les Philosophes Le XVIIIe siècle est connu comme le siècle des Lumières ou le siècle des philosophes parce quřil a témoigné une grande expression des passions des idées selon Lagarde et Michard dans XVIIIe siècle. Cřest un siècle de rationalisme avec les auteurs tels Montesquieu, Voltaire et Rousseau qui ont critiqué lřintolérance religieuse, les contraintes de la monarchie et le fanatisme du siècle. Cřétait aussi une critique du droit divin de la royauté. Chez Voltaire, la déclaration des droits de lřhomme et le travail empêchent lřennui et la commission des vices. Dans Candide ou l’Optimisme (1947) il déclare : « le travail éloigne de nous trois grands maux, le besoin, le vice et lřennui » (94). Dans L’encyclopédie, Diderot propose un contrat entre le souverain et le peuple tandis que Rousseau stipule un pacte social librement consenti entre le peuple et un gouvernement qui assurait la démocratie;
Rousseau établit que toute légitimité politique se fonde sur la communauté et la volonté générale. Ainsi, si nul n’a le droit d’aliéner au profit d’un autre sa liberté morale et civique, il est souhaitable que les hommes concluent entre eux un pacte, un contrat: l’individu renonce à une liberté absolue et se soumet aux règles dictées par l’intérêt général. En échange, la communauté garantit la sécurité de chacun et le respect des règles et des droits ainsi établis. (Le contrat social, essai de philosophie politique) (http://www.alalettre.com/rousseau).
35
Les philosophes du XVIIIe siècle sřetaient donnés la liberté de toute examiner et cette attitude a donné naissance ả lřexpression ŖLe libertinage du XVIIIe siècleŗ. Par ce libertinage, ils ont dévéloppé un esprit de critique appliqué ả la réalité et cet esprit sřest manifesté par la tendance ả tout examiner ả la lumière de la raison. Cette attitude a donné naissance ả la publication de l’Encyclopédie éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et de DřAlembert. 0.1.9 L’Encyclopédie
LřEncyclopédie est une collection de toutes les connaissances en France ả lřépoque des philosophes (Le XVIIIe siècle) donc, il est aussi appellé le Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Il est un ouvrage emblématique du siècle des Lumières, dont la parution (1751-1772) inspirée par un ouvrage similaire de l’Anglais Chambers (1729), l’Encyclopédie a été dirigée par Diderot et rédigée par 150 savants, philosophes et spécialistes de toutes les disciplines (Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Helvétius, Condillac, d’Holbach, Daubenton, Marmontel, Quesnay, Turgot, Jaucourt, etc.). La masse des articles fournis est de qualité très inégale, de nature hétéroclite (de la simple compilation au mini-traité) et d’opinions parfois divergentes. Un jeu périlleux de renvois cherche à dissimuler la hardiesse de la pensée, donc à déjouer la censure.
Le Discours préliminaire, rédigé par dřAlembert, est un tableau synthétique des connaissances à cette époque. Diderot a bénéficié d’un triple héritage dans la
36
constitution du bilan des connaissances de son temps: celui de l’Antiquité, celui de l’Europe médiévale, enfin celui de la Renaissance humaniste (http://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Encyclop%C3%A9die_ou_Dictionnaire_raison) 0.1.10 La Révolution Française
Un autre événement marquant du XVIIIe siècle, est la Révolution Française qui a eue lieu le 4 Août 1789 et a menée lřabolition de lřAncien Régime au cours duquel la société consistait un mode d’organisation sociale qui a prévalu du XVIe au XVIIIe siècle. La population française est alors divisée en trois ordres dont les fonctions sont hiérarchisées en dignité: le clergé, la noblesse et le Tiers État (« société d’ordres »). Cette séparation repose sur une idéologie et une tradition, non sur un critère de mérite personnel. La Révolution française a mis fin au système des ordres et aux inégalités juridiques entre les Français, qui sont passés du statut de sujets à celui de citoyens, avec l’abolition des privilèges dans la nuit du 4 août 1789. La société d’Ancien Régime est aussi une société coutumière et catholique. 0.1.11 Le Clergé
Le clergé est le premier ordre dans la hiérarchie sociale de l’époque moderne. Le clergé tient des assemblées générales et dispose de ses propres tribunaux; les
37
officialités. Il perçoit en principe l’impôt des dîmes correspondant au dixième des récoltes et aux prémices. En réalité, l’essentiel de ses ressources vient de la rente foncière. Les clercs sont exemptés de taille, de service militaire mais restent soumis à certains impôts comme la régale ou la décime. Le clergé est chargé, en plus du culte, de l’état civil, l’organisation des fêtes (religieuses), de l’instruction publique, tant au niveau des petites écoles que des universités ; il est aussi chargé de toutes les fonctions d’assistance sociale et médicale, créant et entretenant les hôpitaux, hospices et orphelinats.
La condition des membres du clergé est extrêmement variée: les membres du haut clergé, qui sont les archevêques, les évêques, les abbés des grandes abbayes bénéficient souvent de revenus importants. Souvent mais pas forcément issus des rangs de la noblesse, ils sont nommés par le roi depuis le concordat de Bologne, obtenu par François Ier en 1516.
Le clergé séculier (qui vit dans le « siècle », du latin sæcularis), au milieu des laïcs, tient un rôle important dans la vie de la communauté : curés et vicaires tiennent les registres de baptême et de sépulture, distribuent les sacrements comme le mariage, entendent les confessions, célèbrent la messe, organisent les fêtes, s’occupent de l’instruction primaire. Les curés sont désignés par un collateur, le fondateur de la paroisse ou son successeur. Ils disposent dřune portion congrue de la dîme mais sont en général à lřabri de lřindigence. Après lřapplication du concile de Trente, ils sont astreints à résider dans leur paroisse et ils sont mieux formés ; il y a maintenant un séminaire dans chaque évêché. La France est découpée en cent quarante diocèses de
38
taille très variable. Ils sont plus nombreux dans le Midi où certains sièges épiscopaux ne sont que de gros bourgs.
Le clergé régulier vit selon la « règle » (du latin regularis) dřun ordre, d’une abbaye, d’un couvent, d’un prieuré… Au Moyen Âge s’est établie la distinction entre les ordres contemplatifs consacrés à la prière (bénédictins, cisterciens…) et les ordres mendiants (franciscains et dominicains) voués à la prédication. Les ordres accueillent les cadets des familles aisées qui sont exclus des successions familiales par le droit d’aînesse. 0.1.12 La Noblesse
En France, les fonctions et la condition de la noblesse ont considérablement varié en douze siècles d’histoire de la royauté. La fonction principale de la noblesse est d’assurer la paix et la justice; elle a donc le monopole de la force et de la guerre. Ce ne sont pas des individus qui sont nobles, mais des lignages qui conservent et se transmettent héréditairement des fonctions nobles. L’ancienne noblesse est immémoriale, elle a ses racines dans des lignages gallo-romains, et auparavant gaulois. Au Moyen Âge, l’accès à la noblesse se fait beaucoup par la chevalerie qui lui donne l’idéal chrétien de mettre la force au service des faibles. La noblesse plus récente doit son statut au roi qui a seul le pouvoir d’anoblir par lettres patentes ou par la vente de charges. 0.1.13 Le Tiers État
39
Le dernier ordre de la société d’Ancien Régime est formé de tous ceux qui n’appartiennent ni au clergé, ni à la noblesse et exercent des activités économiques : agriculteurs, artisans et commerçants, c’est-à-dire les 9/10es des Français. Comme dans les autres ordres, la condition des roturiers est extrêmement variée : certains bourgeois sont très riches et puissants. La population est essentiellement rurale. La vie des paysans tient à l’abondance des récoltes. Les laboureurs sont cependant plus riches que les tenanciers et les ouvriers agricoles (les journaliers). Les paysans paient de nombreux impôts, en particulier les taxes seigneuriales (cens, champart, banalités). Ils doivent la dîme au clergé et au roi la taille et la gabelle. Ils sont également astreints aux corvées. Les villes ont souvent obtenu le privilège de s’administrer et de se défendre. Une grande partie des citadins tiennent une boutique ou encore travaillent dans l’artisanat : ils travaillent alors dans des ateliers et appartiennent à une corporation. Le terme Tiers État ne deviendra courant qu’à partir de la Révolution française de 1789. Bien que la population paysanne constitue 80 % de la population française, il n’y aura pas de paysans dans les assemblées, aussi bien lors de la Convocation des États Généraux le 4 mai 1789 que pendant le reste de la Révolution. Les députés qui prétendront représenter le Tiers État seront tous des bourgeois instruits, possédant des emplois de judicature, des entreprises de négoce et de banque, ou des offices de finance. LřAncien Régime est caractérisé de beaucoup dřinégalités dans tous les domaines de lřexistence, Bluche et al(1984) donnent quelques exemples de ces inégalités:
40
Les paysans qui constituent la très grande majorité de la population ont rarement affaire à lřautorité royale. Le curé annonce les nouvelles officielles et tient lřétat civil. Le seigneur rend la justice. Lřassemblée des principaux propriétaires répartit lřimpôt et recrute le maître dřécole. Le royaume de France reste un agglomérat de communautés préexistantes qui sont régies par des statuts différents, propres à chaque matière de juridiction et dont les périmètres s’enchevêtrent. Le droit et le système judiciaire ne sont pas unifiés. Au niveau local, les villes sont des centres d’influence par le contrôle qu’elles exercent sur leur arrière-pays, mais aussi sur les échanges commerciaux et financiers à plus grande distance (La Révolution, 20).
Cřest en condamnation de ces inégalités que, Emmanuel Joseph Sieyès dans son pamphlet de révolution Qu’est-ce que le Tiers État?, a dit: « Quřest-ce que le tiers état ? Tout. Quřa-t-il été jusquřà présent dans lřordre politique ? Rien. Que demande-t-il? À être quelque chose. » (vdaucourt.free.fr/Mothisto/Sieyes2/Sieyes2.htm). Pour clore, nous aimerons dire que la société française comme on la connait aujourdřhui, est définie depuis le XVIIIe siècle par les philosophes de cette période. 0.1.14 Le XIXe siècle et les changements
Après les événements des siècles précédents, le XIXe dont la plupart des caractéristiques sont issus de la Révolution française de 1789, a témoigné autant de ses échecs que de ses aspirations. Selon Doucey et al, le XIXe siècle sera aussi un siècle des
41
changements. Lřancien régime va être remplacé par lřarrivée de la bourgeoisie au pouvoir et la naissance dřun prolétariat ouvrier. Tous ces changements vont causer des modifications sociales. Par exemple, la société sera dominée par les notables dans différents domaines et non plus par la noblesse composée comme avant la Révolution. Lřidéologie bourgeoise va remplacer lřidéologie aristocratique, et cela sera fondé sur la croyance au progrès, au profit et à la morale. Les thèmes privilégiés de ce siècle seront donc basés sur les malaises sociaux, lřidéalisme populaire et humanitaire et comme conséquence, la littérature a témoigné une pléthore de courants, ả savoir le Romantisme, le Symbolisme, le Réalisme et le Naturalisme. 0.1.15 Le XIXe siècle et la révolution industrielle Dřaprès Ernest Solvay, en Angleterre, à la fin du XVIIIe siècle, on assiste aux débuts de l’industrialisation. Le charbon est l’énergie de cette première révolution industrielle. Il alimente notamment la machine à vapeur, perfectionnée par James Watt, qui devient le moteur qui actionne d’autres machines: on peut ainsi produire beaucoup plus à moindre coût. Deux grands secteurs se développent alors rapidement : la sidérurgie et le textile. Dans toute l’Europe, les nouvelles entreprises s’installent près des gisements houillers : c’est la naissance des pays noirs (www.larousse.fr/…/révolution_industrielle/61047).
A partir des années 1880, on découvert des nouvelles énergies l’électricité ouvre de nouvelles perspectives. Elle permet l’éclairage public des villes, le fonctionnement du télégraphe et du téléphone, la mise en exploitation des tramways et des métros. Son
42
transport, grâce aux lignes à haute tension, en fait une nouvelle source d’énergie pour l’industrie. La mise au point du moteur à explosion dans les années 1880 fait découvrir l’importance du pétrole : ce sont les débuts de la construction automobile et de l’aéronautique. À la même époque, les découvertes scientifiques permettent le développement de l’industrie chimique. Tout ceci a donne naissance a Un nouveau système économique et social. La croissance économique est sans précédent au cours du XIXe siècle en Europe. Le machinisme est désormais au coeur de la production industrielle. Il nécessite de l’argent, la concentration des travailleurs dans les usines et impose des lieux de production près des matières ou des foyers de main-dřoeuvre. Maintenant, les innovations se sont ensuivies en chaîne, stimulés par la demande des consommateurs et par les industriels qui ont des problèmes techniques à résoudre, les inventeurs, puis dans la seconde moitié du siècle, les ingénieurs trouvent ce qu’ils cherchent ! Ils apportent des réponses techniques qui transforment les modes de production et améliorent la productivité. Mais un progrès entraîne des réactions en chaîne : car, grâce à lui, on peut adapter toutes les étapes de la production. Ainsi, l’innovation fait l’effet et d’autres innovations doivent y répondre ! Il y a eu aussi une révolution dans le secteur des transports.
La machine à vapeur vient révolutionner les transports. La première locomotive à vapeur est mise au point par Stephenson en 1815. Au cours du siècle, plus de 700 000 kilomètres de voies ferrées sont construites dans le monde, permettant le transport de voyageurs et des marchandises. Les premiers bateaux à vapeur apparaissent vers 1850. À la fin du siècle, l’électricité permet la circulation des informations grâce au téléphone
43
et à la mise en place d’un vaste réseau de câbles sous-marins. En 1885, la mise au point du moteur à explosion fait naître l’automobile. Comme conséquence de cet immense progrès, le Capitalisme est né en France. Avec l’industrialisation, le capital nécessaire pour créer ou faire fonctionner une entreprise devient considérable : la fortune familiale des entrepreneurs ne suffit plus. A partir du milieu du XIXe siècle, des solutions apparaissent : sociétés par actions et nouvelles banques attirent l’épargne de la population en lui proposant dividendes et intérêts. Les capitaux ainsi rassemblés sont mis à la disposition des industriels qui les utilisent dans leurs entreprises. L’argent et le profit deviennent le moteur du capitalisme. Les usines sont construites pour le profit au maximum. De vastes bâtiments, de hautes cheminées : un nouveau paysage gagne peu à peu l’Europe. La taille des machines et la nécessité de regrouper de nombreux travailleurs pour les faire fonctionner imposent un nouveau cadre de travail: l’usine, au coeur des nouvelles villes-usines des pays noirs ou des faubourgs des grandes villes. C’est aussi pour les entrepreneurs, le moyen de surveiller la main-dřoeuvre. La grande usine, exceptionnelle encore à la fin du XIXe siècle, est le symbole de la révolution industrielle. Avec cette caractéristique particulière, Doucey et al décrivent le XIXe Siècle comme celui des paradoxes et des contrastes. Ils montrent quř :
44
Il faut en effet lřeffondrement, dans la violence, de plusieurs régimes successifs pour que sřinstallent, après 1871, la République et les valeurs de la Révolution de 1789. Parallèlement, les découvertes scientifiques et leurs applications créent les conditions dřun développement économique et industrielle intense… tandis que le Positivisme voit dans la science lřapplication du monde et le secret du bonheur, le progrès révèle ses corollaires désastreux : accroissement de lřexode rural, développement dřun prolétariat esclave du machinisme et victime du libéralisme économique. Pourtant, malgré le travail des enfants et lřexistence des misérables, lřinstruction touche une population plus nombreuse, le livre se répand, le niveau culturel sřaméliore (248). La révolution industrielle du XIXe siècle a établit la base sur laquelle se tiendra le XXe siècle sur le sens positif ainsi que négatif. La machine issu de son progrès industrielle, va devenir moyen de se tuer pour lřhomme moderne. 0.1.16 La littérature française du XXe siècle
La première guerre mondiale de 1914 à1918 et la deuxième qui eut lieu de 1939-1945 vont beaucoup affecter le XXe siècle. Par exemple, la période immédiatement après la première Guerre mondiale est caractérisée par des crises économiques des années 30. En 1929, un effondrement de la bourse de New York, Wall Street, a déclenché une crise économique qui sřest propagée rapidement en Europe. La France nřest pas exempte donc comme conséquence, il y avait le chômage, la dictature et la montée de fascisme et une
45
détresse démocratique générale. Les effets négatifs et le traumatisme psychologique quřont subi les gens étaient tels que la plupart dřécrivains de la période avaient fait de leurs oeuvres littéraires, des outils pour créer une prise de conscience chez le peuple surtout en ce qui concerne la politique du jour. Les oeuvres essentielles de cette période ont suivi la même filière c’est-à-dire, lřaffront de la crise de la civilisation française. Par exemple, J-P Sartre a montré cet affront dans son oeuvre Qu’est ce que la littérature (1947) où il démontre le pourquoi et le pour qui on écrit. Dans le premier numéro de l éditorial de la revue Les Temps Modernes, Sartre pose le principe d’une responsabilité de l’intellectuel dans son temps et d’une littérature engagée. Pour lui, l’écrivain est dans le coup « quoi qu’il fasse, marqué, compromis jusque dans sa plus lointaine retraite (…) L’écrivain est en situation dans son époque» (2).
Cette position sartrienne dominera tous les débats intellectuels de la deuxième moitié du XXe siècle. Louis Fernand de Céline est lřun des écrivains du XXe siècle qui se sont préoccupés du bien être du peuple après la deuxième guerre mondiale. Il a écrit des romans, des pamphlets ainsi que des poèmes. Pendant la deuxième Guerre mondiale il sřest montré sympathique envers lřoccupant quand Le Marechal Petain a demande aux Français de collaborer avec lui sur certains termes. Pourtant, cette sympathie ne veut par dire quřil a favorisé lřoccupation mais elle montre un désir de collaboration avec lřoccupant comme il lřindique dans lřun de ses pamphlets; Bagatelles pour un massacre:« Si demain Hitler me faisait des approches avec ses petites moustaches, je râlerais comme aujourd’hui sous les juifs. Mais si Hitler me disait : ŖFerdinand ! c’est le grand partage ! On partage tout !ŗ, il serait mon pote! » (83). Céline allait prendre cette
46
position parce quřil savait que lřAllemagne aller emporter la victoire. Pour nous, cette position ressemble à lřidée de mieux mourir debout que vivre ả genoux de Camus dans l’Homme révolté. Comme Albert Camus, André Malraux par ses écrits sřest montré aussi sympathique ả la cause du peuple français suite ả leur expérience amère de la 2e Guerre mondiale. Dans La Condition Humaine, chacun des personnages principaux veut de prime abord, sřéchapper de la condition humaine quřils considèrent comme un état de non sens suite ả la chute de tout système valable.
Les révolutionnaires dans La Condition humaine se sont engagés dans la violence comme moyen pour établir une société égalitaire. Pour mener à bien leur objectif, ils sont en fait restés ensemble même devant la mort, on les voit se partager le cyanure en prison. Leur héroïsme collectif se voit dans leur préparation pour lřinsurrection, dans les combats de résistance aux Kuomintang et ả la cabale capitaliste. Leur emprisonnement nřa détruit en rien leur solidarité quřils ont refusé dřabandonner malgré tout. Malgré la torture, quand Kyo apparaît devant le chef de la police, il refuse la libération que celui-ci lui propose. Il refuse aussi de collaborer avec la police et de trahir ses camarades. Il se suicide avec le cyanure. Leur solidarité se voit aussi chez Katow qui donne son cyanure ả deux jeunes prisonniers chinois pour leur aider ả éviter dřêtre bruler vifs dans la chaudière dřune locomotive. Même la différence de leurs capacités ne les a pas empêché de rester solidaires ; « Gisors a retrouvé son fils… le rôle de lřintellectuel dans la révolution est de penser et celui du combattant est de mettre en pratique les pensées de lřintellectuel » (La Condition humaine, 67).
47
Parmi dřautres, les révolutionnaires ont cherché des moyens tels lřérotisme, la mythomanie et la capacité dřagir car ils ont vu lřaction comme un moyen par lequel ils pouvaient obtenir la transcendance de la condition humaine. Parlant de Malraux, Hermine Videau avoue que ;
Sa vie fut en effet marquée par la persistance dřune même idée. Cette idée est tout entière comprise dans la conception quřa Malraux de lřart comme récréation de lřhomme par lui-même, seule réponse possible à lřabsurdité dřun monde sans Dieu. Lřart Ŕ dans lřunion consubstantielle quřil exige entre une idée et un faire Ŕ est ce qui donne forme à lřinforme et qui simultanément invente un système de représentations dans lequel lřhomme peut se reconnaître en même temps que se transcender. Cette pensée sous-tend une compréhension de lřexistence où lřaction nřest pas seulement la mise en application dřidées, mais la possibilité même dřémergence de lřidée: dřoù la nécessité de lřengagement dans lřaction comme condition de possibilité de cette création, qui se réalise pour Malraux par lřécriture (http://www.histoire-image.org). La notion de la mort chez Malraux se rapproche de celle de Camus. Ils croient tous les deux que la mort étant la fin de tout, lřhomme ne doit rien espérer au-delà.
Un autre écrivain du XXe siècle qui sřest préoccupé de la condition du peuple cřest, George Bernanos qui a témoigné lui aussi, les deux guerres mondiales. Son premier roman est Sous le soleil de Satan publié en 1926. Frédéric Lefèvre dit que Sous le soleil
48
de Satan est, selon Bernanos, un « livre né de la guerre » (Sous le soleil, 13). Bernanos a quitté la France et sřétait installé en Suisse en 1933 ả cause dřune polémique avec son parti lřAction Française. Pourtant, malgré sa vie errante, chaque fois quřil revient en France, Bernanos sřoccupait de la condition du peuple: Lors de son retour en France, Bernanos est, en fait, écoeuré par l’épuration et l’opportunisme qui prévalaient à ses yeux dans son pays. N’ayant pas l’échine souple, il reste en marge. Il voyage en Europe pour y faire une série de conférences, dans lesquelles il alerte ses auditeurs, et ses lecteurs, sur les dangers du monde de l’après-Yalta, de l’inconséquence de l’homme face aux progrès techniques effrénés qu’il ne pourra maîtriser, et des perversions du capitalisme industriel (Sous le soleil, 23).

 

GET THE COMPLETE PROJECT»
Do you need help? Talk to us right now: (+234) 08060082010, 08107932631, 08157509410 (Call/WhatsApp). Email: edustoreng@gmail.com