WeCreativez WhatsApp Support
Welcome! My name is Damaris I am online and ready to help you via WhatsApp chat. Let me know if you need my assistance.

Download this complete Project material titled; Analyse Des Rapports Syntagmatiques Dans Les Phrases En Français Et En Igbo : Études Comparatives with abstract, chapters 1-5, references, and questionnaire. Preview Abstract or chapter one below

  • Format: PDF and MS Word (DOC)
  • pages = 65

 3,000

TABLE OF CONTENTS

Page de titre …………………………………………………………………………………….. i Attestation ………………………………………………………………………………………. ii Approbation …………………………………………………………………………………….. iii Dédicace …………………………………………………………………………………………. iv Remerciements……………………………………………………………….………………….. v Abstract …………………………………………………………………………………….…… vi Résumé ………………………………………………………………………………………….. vii Table des matières ……………………………………………………………………………… viii Abréviations et symboles ………………………………………………………………………. xi INTRODUCTION GÉNÉRALE 0.0 Introduction …………………………………………………..……………………………. 1 0.1 Histoire de la langue française …………………………………………..………………….. 3 0.2 Histoire de la langue igbo ……………………………………………………….…………… 7 0.3 Annonce du sujet ……………………………………………………………………….….. 12 CHAPITRE UN : ÉNONCIATION DU SUJET 1.0 Introduction …………………………………………………………………………..…… 13
1.1 Problème de l‟étude …………………………………………………………………..……. 13
1.2 Objectif de l‟étude ………………………………………………………………….……… 15 1.3 Justification de l‟étude ……………………………………………………………………… 16 1.4 Portée et limite de l‟étude …………………………………………………………………….. 16 1.5 Définition des termes techniques .……………………………………………………………. 17 CHAPITRE DEUX : ÉTAT DU SUJET 2.0 Introduction …………………………………………………………………..………….. 22
2.1 Syntaxe ……………………………………………………………………………….….. 22
ix
2.2 Phrase …………………………………………………………………………………. 25 2.3 Types de phrases …………………………………………………………….………… 29
2.4 Structures phrastiques …………………………………………………………………… 33
2.5 Syntagme …………………………………………………………………………….. 35 2.6 Types des syntagmes ………………………………………………………….……… 36
2.7 Rapport syntagmatique ……………………………………………………………….. 41
2.8 Analyse syntagmatique ……………………………………………………………….. 42 2.9 Analyse morphosyntaxique ……………………………………………………..…….. 49 CHAPITRE TROIS : RÉFLEXIONS THÉORIQUES ET MÉTHODOLOGIQUES 3.0 Introduction ………………………………………………………………….……… 52 3.1 Méthode de la collecte de données ………………..………………..………………… 52 3.2 Méthode d‟analyse ………………………………………………………..…………. 52 3.3 Cadre théorique ………………………………………………………………………. 53 3.4 Théorie générative …………………………………………………………..……….. 53 3.5 Grammaire générative transformationnelle ……………………………………….…. 54 3.6 Théorie des principes et des paramètres ……………………………………………… 57 3.6.1 Théorie x-barre ……………………………………………………..………………… 58 3.6.2 Théorie du gouvernement ……………………………………………………….…….. 64 CHAPITRE QUATRE : INVENTAIRE DES RAPPORTS SYNTAGMATIQUES DES PHRASES EN FRANÇAIS 4.0 Introduction ………………………………………………………………….…………. 67 4.1 Structure phrastique du français …………………………………………………..…… 67 4.1.1 Phrase simple ……………………………………………………………………..…… 69
4.1.2 Phrase complexe …………………………………………………………..…………… 70
x
4.2 Relations syntagmatiques entre les éléments des phrases en français ……………………. 86 4.2.1 Phrase déclarative ……………………………………………………………………… 86 4.2.2 Phrase interrogative …………………………………………………………………… 94 4.2.3 Phrase impérative ………………………………………………………….………….. 105 CHAPITRE CINQ : ANALYSE DES RAPPORTS SYNTAGMATIQUES DES PHRASES EN IGBO 5.0 Introduction …………………………………………………………………….……… 110 5.1 Structure phrastique d‟igbo …………………………………………………….……… 110 5.1.1 Phrase simple …………………………………………………………………….….. 121 5.1.2 Phrase complexe ………………………………………………………………………… 122 5. 2 Relations syntagmatiques entre les éléments des phrases en igbo ……………..…….. 139 5.2.1 Phrase déclarative ……………………………………………………………………… 140 5.2.2 Phrase interrogative …………………………………………………………………… 148
5.2.3 Phrase impérative ……………………………………………………….…………….. 154
CHAPITRE SIX : COMPARAISON DES RAPPORTS SYNTAGMATIQUES DES PHRASES EN FRANÇAIS ET EN IGBO 6.0 Introduction ……………………………………………………………..…………………. 161 6.1 Similitudes entre les rapports syntagmatiques des phrases en français et en igbo .….……. 161 6.2 Différences entre les rapports syntagmatiques des phrases en français et en igbo ………. 165 6.3 Conclusion et Recommandations ……………………………………………………….. 171 OEUVRES CITÉES ….……………………………………………………………………….. 176
xi

 

 

CHAPTER ONE

INTRODUCTION GÉNÉRALE 0.0 Introduction La syntaxe est un aspect très important dans le langage humain. Elle soccupe de la combinaison des éléments constitutifs dun énoncé ou d‟une phrase. Chaque langue a sa structure syntaxique particulière constituée des éléments dont leur ordre se détermine par certaines règles. Prenant conscience de ce fait, Chomsky définit la syntaxe comme « l‟étude des principes et des processus selon lesquels les phrases sont construites dans des langues particulières » (Structure syntaxique 13). L‟organisation de chaque langue (humaine) soit syntagmatique ou paradigmatique est déterminée souvent par certaines règles dont le locuteur n‟est pas conscient. L‟idée de l‟analyse horizontale et verticale reflétant les rapports syntagmatiques et paradigmatiques des éléments de la phrase est premièrement née chez Ferdinand de Saussure qui est un structuraliste à travers son ouvrage Cours de linguistique générale en 1916. Cette analyse dichotomique est reprise aussi dans louvrage de Chomsky Structures syntaxiques publié en 1957. La relation paradigmatique permet la substitution des éléments appartenant à la même catégorie grammaticale. D‟autre part, la relation syntagmatique implique une relation linéaire des éléments dune phrase. Ces deux relations sont décrites par Nique comme « la commutation et la combinaison » (37). La relation paradigmatique qui est une relation de commutation permet de remplacer un mot par un autre appartenant à la même catégorie grammaticale. Par exemple dans :
o Aisha parle français. [1]
« Aisha » qui est un nom propre à la troisième personne du singulier et le sujet de la phrase peut se substituer par « Amina », « La jeune fille », « la fille », ou « Elle », éléments qui peuvent tous remplacer la même catégorie grammaticale.
2
La relation syntagmatique se préoccupe de lordre et de l‟organisation linaire des éléments dans une phrase. Cette organisation doit se faire selon les règles de la combinaison de la langue en question. Par exemple dans :
o La fille lit un roman, [2]
nous observons la typologie phrastique typique du français, S.V.O :
La fille lit un roman.
S V O Le sujet « la fille » est suivi de verbe « lit » qui est suivi d‟objet « un roman ». Dans la phrase [2], nous voyons aussi que la combinaison de ces éléments lexicaux se fait selon les règles de combinaison du français qui exigent un accord en nombre et en genre entre les éléments constitutifs d‟une phrase ainsi que l‟ordre de sujet+verbe+objet. Alors, on ne peut pas écrire : « le fille lis une roman » ou « Fille un la lit roman». Ces phrases sont agrammaticales et elles ne sont pas acceptables par la communauté linguistique française. Cette étude vise à faire l‟analyse des rapports syntagmatiques dans les phrases en français et en igbo. C‟est une étude comparative des rapports syntagmatiques qu‟entretiennent les éléments constitutifs des phrases en ces deux langues. Nous étudierons les règles qui s‟appliquent dans chaque langue pour produire les types de phrases: déclaratives, interrogatives et impératives. Notre étude s‟appuie sur l‟approche générative particulièrement la théorie des principes et des paramètres proposée par Chomsky, une approche empirique et explicite.
Alors, en examinant les processus syntaxiques de la production d‟un énoncé en français aussi bien qu‟en igbo, nous verrons d‟abord les règles qui s‟appliquent dans la production des phrases en ces langues surtout en igbo parce que beaucoup d‟études ont été effectuées en français sur cet aspect. Puis, nous observons certaines ressemblances et aussi certaines différences dans les
3
compositions structurelles des phrases dans ces deux langues. Nous espérons que ce travail décèlera les complexités structurelles des phrases dans ces deux langues et faciliter ainsi l‟apprentissage du français chez les apprenants igbo. Avant de nous lancer complètement dans notre étude, nous allons passer à l‟histoire de ces deux langues concernées dans ce travail : le français et l‟igbo. 0.1 Histoire de la langue française Le français est une langue romaine qui appartient au groupe de la famille des langues indo-européennes (Picoche et Marchello-Nizia 11). C‟est une langue qui est originalement parlée en France et aussi en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, au Monaco ainsi qu‟au Canada où elle est parlée comme une langue maternelle (Picoche et Marchello-Nizia 11, 41-83). La langue française est aussi parlée soit comme la langue officielle ou celle de la communication (Picoche et Marchello-Nizia 85-110). La langue française est aussi une langue internationale employée au siège des institutions et organisations internationales telle que l‟organisation des Nations Unies.
L‟histoire de la langue française date de 58 à 50 av J.C. avec l‟invasion de la Gaule par des armées romaines sous Jules César. Selon Wikipédia, l’encyclopédie libre, il y avait environ 10 millions d‟habitants en Gaule. Avec la conquête du monde par les Romains, le latin devient la langue écrite et celle de l‟administration. En Gaule, la langue gauloise reste la langue de communication parce que les autochtones ne peuvent pas parler le latin. D‟autre part, les armées romaines ne comprennent pas le gaulois. Il est aussi important de remarquer que le latin parlé par les soldats et les commerçants romains est le latin vulgaire. Les habitants de Gaule avec les soldats et commerçants romains en cherchant un moyen de communiquer entre eux sont arrivés à la naissance d‟une nouvelle langue appelée le gallo-romain. Cette langue est un mélange du latin vulgaire et du gaulois. Certaines influences de la langue gauloise sur le
4
français au domaine de la syntaxe sont évidentes même dans le français moderne. Elles y comprennent l‟ordre de la combinaison des éléments phrastiques particulièrement le cas des verbes. En gaule, les verbes sont placés souvent après le sujet (sujet + verbe). On a aussi la numération en vingt comme « quatre-vingts ». La déclinaison et la conjugaison qui sont les traits syntaxiques du français moderne proviennent aussi de l‟influence du gaulois (Picoche et Marchello-Nizia 11-12, 247-250) Le latin vulgaire a beaucoup influencé cette nouvelle langue plus que la langue autochtone, le gaulois. La structure linguistique du gallo-romain est influencée beaucoup par le latin vulgaire. La fin du Ve siècle est marquée par la chute de l‟empire romain en 476 et aussi le commencement de la domination des Francs. En Gaule, la domination des francs a commencé au nord du pays où la langue gallo-romaine et la langue germanique cohabitent dès le IIIe siècle. Les langues germaniques particulièrement le francique ont influencé le gallo-romain. Cette influence est plus évidente au nord de la Gaule où on parle la langue d‟oïl. Au nord, la langue germanique se répand dans d‟autres parties de la Gaule (Picoche et Marchello-Nizia 13-17).
Du Xe au XIIIe siècle, les locuteurs de la langue gallo-romaine l‟appellent, le « roman » « romanz » ou « romance » et puis « franceis ». Le moyen âge en France est marqué par deux dialectes principaux de la langue romane ; la langue d’oïl au nord et la langue d’oc au sud. Ces dialectes sont nommés d‟après la variation de leurs prononciations du mot « oui ». Pendant le XII siècle, la langue d’oc s‟est beaucoup épanouie grâce aux oeuvres littéraires. En faisant de Paris, une ville en province de l‟Île-de-France à la région du nord où le dialecte principal est la langue d‟oïl le siège de gouvernement de la France, la langue d‟oïl devient la langue de communication et de documentations au sein du gouvernement français. La langue d‟oïl, commence alors à dominer les autres dialectes. Donc, le français moderne dit aussi standard est
5
principalement du dialecte de la langue d‟oïl. Cette période du français médiéval est une époque de rayonnement et aussi de la domination de la France dans le monde. Le XIVe et XVe siècle sont des périodes de troubles et d‟instabilités en France. Ce facteur a changé la direction de l‟évolution de la langue française vers l‟Italie. Il y a aussi la codification de la langue française à cette époque. La période entre le XVIe et le XVIIIe est une période marquée par l‟évolution et la standardisation de la langue française. Le XVIIe siècle est une période de la grandeur de la France. C‟est la période de la domination de la France et la création de l‟Académie française chargée de la codification de la langue française. Du XVI siècle au XVIII siècle, la langue française a été beaucoup influencée par les langues de ses pays voisins : l‟Italie, l‟Espagne et l‟Allemagne particulièrement à cause de leur affront militaire, et leur interaction littéraire aussi qu‟artistique. Le français est devenu une langue diplomatique et celle de la cour. Elle a remplacé le latin. A cette époque, Talleyrand a commencé l‟unification du français. Cette idée est continuée par Jules Ferry qui s‟occupe de la création du français unique dans tout le territoire français. Du XIXe siècle jusqu‟aujourd‟hui, la langue française est répandue dans le monde. Avec la colonisation des pays africains par la France, le français devient la langue officielle de ces pays africains. Le français est aussi parlé comme la langue de communication (Picoche et Marchello-Nizia 85-110, 369-370). Ayant examiné son histoire, nous constatons que la langue française a subi diverses formes d‟évolution. C‟est aussi une langue née de la nécessité d‟un moyen de la communication entre les Gaulois et les armées romaines ainsi que les commerçants romains. Elle est aussi influencée
6
par les langues des territoires voisins tels que les langues germaniques comme nous voyons dans
la carte ci-dessous :
Carte des langues et parlers régionaux en France
Fig. 1. Politique linguistique de la France. 30 avril 2012, 16 :02 UTC 5 novembre 2011, 04 :45. « http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_linguistique_de_la_France ».
7
Dans la carte, nous observons les différents dialectes français issus de la variation de la langue romane, la langue germanique et les autres langues frontalières. Aujourd‟hui, ces influences sont évidentes dans la structure linguistique du français. Au niveau syntaxique, Wikipédia, l’encyclopédie libre, nous a donné quelques aspects de l‟influence des langues germaniques sur la langue française. Le fait de mettre le pronom sujet avant le verbe est l‟une de ces influences. Exemples : « je prends », « je parle ». L‟autre est le calque du pronom «on». L‟ordre de placement des adjectifs devant le nom est aussi une influence germanique sur la structure française. Exemple : « nouvelle maison », « bon copain », « ancien professeur ». L‟usage du verbe « avoir » comme un verbe modal au passé est même une manifestation de l‟influence germanique sur la structure de la langue française. Par exemple : « j‟ai vu, j‟ai écrit » (Picoche et Marchello-Nizia 17, 303-319). 0.2 Histoire de la langue igbo L‟origine des igbo est un sujet controversé car il existe diverses versions sur leur origine. Nous n‟allons pas nous occuper de la polémique de l‟origine des Igbo. Ce travail porte sur la langue, alors, nous allons nous préoccuper toute de suite de l‟aspect qui nous intéresse. D‟après la classification des langues africaines par Greenberg citée par Uwalaka, la langue igbo est l‟une des langues « kwa » de la famille des langues Nigéro-congolaises (Igbo Grammar 1). Il y a environ 25 million de locuteurs de la langue igbo dont la plupart sont d‟origine igbo. L‟igbo est l‟une des langues majoritaires autochtones au Nigeria. Les Igbo occupent le Sud-Est du Nigeria. Ils se trouvent dans les États d‟Abia, d‟Anambra, d‟Ebonyi, d‟Enugu, d‟Imo et aussi dans certaines parties des États de Delta et de Rivers du Nigeria comme nous observons à la Figure 2. L‟igbo est aussi parlé comme la langue maternelle dans certaines régions du Cameroun.
8
Fig. 2 Situation géographique igbo (Ihejirika 1)
9
Selon Wikipédia, il y a plus de vingt (20) dialectes igbo. Ci-dessous à la fig. 3 est une carte géographique igbo qui nous montre les villes igbo et leurs voisins.
Fig. 3 Les igbo et leurs voisins (Ihejirika 2)
10
Sur la carte, nous observons que la communauté igbo est divisée en cinq grandes régions linguistiques selon le dialecte parlé. Les voisins des Igbo sont écrits en majuscule. À la frontière du nord, il y a les Igala, les Idoma, les Ukelle, les Ekajuk et les Tiv. A l‟est sont les Mbembe, les Ejagham, les Ekumuru, les Yako, les Ekoi et les Akunakuna. Au sud sont les Ibibio, les Anang, les Efik, les Ijaw, les Ogoni et les Abua. Les Urhobo, les Isoko, les Edo et les Okpella sont à l‟ouest. Les dialectes des villes frontalières igbo varient un peu parce qu‟ils sont influencés par leurs voisins immédiats. La langue igbo a toujours existé sous la forme orale. Mais, l‟effort envers la forme écrite a commencé avec l‟invention de l‟idéogramme « nsibidi » par les peuples d‟Ejagham, les voisins des Igbo. L‟emploi de cette nouvelle invention par les Igbo marque sa première représentation en graphie. L‟idéogramme est une représentation graphique du sens des mots en excluant les sons. La langue igbo à cette époque est représentée seulement par les graphies. Cet idéogramme « nsibidi » est employé par les Igbo et leurs voisins tels que les Efik, les Ibibio et les Anang jusqu‟à la fin du XVe siècle, après lequel l‟usage public de cette méthode d‟écriture s‟éteigne, étant devenu un code secret de communication des membres des cultes secrets (Oraka 13-17) Les missionnaires et les esclaves particulièrement ceux de la région igbo ont beaucoup contribué au développement et à l‟évolution de la langue igbo, surtout l‟aspect écrit. Avec le contact des blancs en Afrique, l‟alphabet latin est introduit par les colonisateurs britanniques. Le premier livre publié qui contient des mots igbo s‟appelle Geschichte der Mission der Evangelisehen Bruder auf den carabischen (l‟Histoire de la Mission Évangélique des frères Caraïbes) en 1777. Ce livre a été écrit par un missionnaire allemand qui s‟est intéressé à la culture, à l‟origine et à la langue des esclaves quand il a visité les Caraïbes de 1766 à 1767 (Oraka 21).
11
Peu après en 1789, un livre intitulé The Interesting Narrative of the life of Olaudah Equiano a été publié à Londres par Olaudah Equiano qui était un ancien esclave. Cette oeuvre a présenté une peinture vivide de la langue igbo. De plus, il y a soixante-dix-neuf (79) mots igbo dans cette oeuvre (Oraka 21). Au domaine de la littérature, en 1959, Le monde s’effondre [Things Fall Apart] de Chinua Achebe a été publié. Ce roman écrit en anglais fait voir à travers ses personnages l‟influence du colonialisme sur la société traditionnelle igbo. C‟est un roman qui a bien présenté la culture igbo mais rédigée en anglais. La diversité des dialectes a nécessité le développement de la standardisation artificielle des divers dialectes à des époques différentes de l‟histoire de l‟évolution de la langue igbo. Alors en 1949, le SPILC (Society for Promoting Igbo Language and Culture) a été créé par F.C. Ogbalu comme un cercle igbo à l‟école secondaire qu‟on appelle « St Augustine‟s Grammar School, Nkwerre ». Ce cercle comme son nom l‟indique a pour but de promouvoir la langue et la culture igbo. En 1961 la vive polémique de l‟orthographe igbo qui a duré trente-deux (32) ans a été résolue en adoptant l‟orthographe Onwu comme la politique de la standardisation de l‟igbo grâce aux efforts incessants de SPILC (Oraka 39-40). En 1972, cette organisation est devenue un mouvement impliquant toute la société igbo dans le monde. Ce mouvement a beaucoup contribué au développement de la langue igbo, particulièrement dans l‟aspect de sa standardisation artificielle en 1973. Le dialecte igbo standardisé est ce qu‟on appelle l’igbo central. L‟igbo standardisé comme Emenajo l‟observe dans son article, « Central Igbo – An Objective Appraisal », comporte principalement trois dialectes qui constituent le fondement de l‟igbo standard à savoir ; les dialectes Owerri, Umuahia et Onitsha (114-137).
La langue igbo est une langue qui s‟enrichit de proverbes. Chez les Igbo, on dit que « les proverbes sont comme l‟huile de palme par laquelle les mots sont mangés » (Achebe 5) parce
12
que les Igbo emploient beaucoup de proverbes dans leur énoncé. Le bon usage de proverbes et aussi la capacité d‟interpréter les proverbes chez les Igbo est l‟une des identités d‟un fils ou d‟une fille igbo, une chose dont on est fier. La langue igbo est aussi une langue à tons avec deux tons distinctifs : le montant (/) et le descent (). Elle se caractérise aussi par l‟harmonie des voyelles c‟est-à-dire l‟harmonie entre les voyelles [ị], [i], [ọ] et [o] de 2ème et 3ème personne du singulier du pronom personnel et du verbe dans une phrase. Dans ce travail, nous adaptons le dialecte standard appelé aussi l‟igbo central. Les règles de la combinaison syntagmatique de l‟igbo central sont alors examinées. Notre bref aperçu de l‟histoire du français et de l‟igbo fait voir que les deux langues ont beaucoup évolué particulièrement le français. Les deux langues comportent plusieurs dialectes dont on a choisi un dans le cas du français et trois à l‟égard de l‟igbo pour obtenir la version standardisée. Alors le français et l‟igbo moderne dit aussi standard sont les produits du code standardisé. Mais la standardisation du français a commencé au XVI siècle par rapport à celle de la langue igbo qui a commencé au XX siècle. 0.3 Annonce du sujet
Pour bien aborder notre sujet, cette étude sera divisée en six chapitres. Le problème de létude sera énoncé au chapitre un. Le chapitre deux soccupera de létat du sujet. En chapitre trois, la méthodologie constituant la démarche que nous allons suivre pour réaliser ce travail sera présentée aussi bien que la cadre théorique. Au chapitre quatre, l‟inventaire des rapports syntagmatiques des phrases en français sera fait. Chapitre cinq fera une étude des rapports syntagmatiques des phrases en igbo. Finalement, la comparaison des rapports syntagmatiques des phrases en français et en igbo sera aussi faite au chapitre six ainsi que la conclusion et les recommandations.
13

 

GET THE COMPLETE PROJECT»
Do you need help? Talk to us right now: (+234) 08060082010, 08107932631, 08157509410 (Call/WhatsApp). Email: edustoreng@gmail.com