WeCreativez WhatsApp Support
Welcome! My name is Damaris I am online and ready to help you via WhatsApp chat. Let me know if you need my assistance.

Download this complete Project material titled; I Le Feminisme Dans L’oeuvre Theatrale De Koffi Kwahule with abstract, chapters 1-5, references, and questionnaire. Preview Abstract or chapter one below

  • Format: PDF and MS Word (DOC)
  • pages = 65

 3,000

ABSTRACT

Equality between the sexes is an issue that has been discussed over the years. In spite of the various solutions that have been proffered to bridge the equality gap between men and women, the problems still persist. There has been insufficient emphasis on the relevance of literary works, in particular, theatrical works, in solving the socio-political problems in general and female problem in particular. This study is based on seven plays of Koffi Kwahulé titled: Bintou, Brasserie, Le masque boiteux, Les recluses, La mélancolie des barbares, Nema and P’tit Souillure. It is a detailed analysis of violence against women as depicted in Kwahulé‟s plays as well as the various forms of feminist reaction put up by female characters in the selected plays. The study makes use of both sociological and feminist approaches. It also makes use of two works of Ifeoma Onyemelukwe as conceptual frames of reference. These are Violence and Politics in Poscolonial Literature and “From Reconstruction of the Deconstructed “Other” to Disempowerment of the “Self”: A Post-Colonial Reading of Aminata Sow Fall for the Empowerment of the Nigerian Woman”. The objective of this research is to find out if Kwahulé is a feminist and if indeed he is, to discover his feminist ideology. It was found that Kwahulé in the studied texts exposes and quite often condemns different forms of violence inflicted on women and girls. We classify them into three major categories namely, those perpetrated in the family, those perpetrated in the community and those perpetrated at the State level. Violence at the family level has to do with domestic violence, which comprises marital rape, incest, and physical violence. Violence at the community level is summed up as harmful traditional practices which includes Female Genital Mutilation, and communal violence which comprises of gang rape, sexual harassment and forced prostitution. Violence perpetrated at the State level comprises carceral violence and violence triggered off by armed conflicts. Our findings show five kinds of
viii
feminist reaction from Kwahulé‟s female characters. Therefore, the study comes up with five categories of Kwahulèenne women following their reaction namely: traditional women, anti-feminist women, traditional liberal feminists, postmodern feminists and radical feminists. Our research demonstrates effectively that Koffi Kwahulé is a feminist even though he does not proclaim to be one. It goes further to show that Kwahulé is a postmodern feminist. He hates oppression, cruelty, violence of all sorts unleashed on the woman, reasons for which he exposes and condemns such in his theatrical works. He clearly fights the cause of oppressed Ivorian woman in particular and the African woman in general. In the end, it is established that Koffi Kwahulé‟s plays make significant contributions towards understanding and solving the problems of women in contemporary African countries.

 

 

TABLE OF CONTENTS

Title page – – – – – – – – – – i Declaration – – – – – – – – – – ii Certification – – – – – – – – – – iii Dedication – – – – – – – – – – iv Remerciements – – – – – – – – – v Abstract – – – – – – – – – – vii Table des matières – – – – – – – – – ix INTRODUCTION GENERALE- – – – – – – – 1
0.0 Le préambule – – – – – – – – 1
0.1 Le théâtre africain et le féminisme – – – – – – – 5 0.2 Vie du dramaturge – – – – – – – – 10 0.3 Résumés des pièces de base – – – – – – – 12 0.4 Annonce du plan – – – – – – – – 16 Notes et références – – – – – – – – 17 CHAPITRE UN : PROBLEME DE RECHERCHE
1.0 Introduction – – – – – – – – – 19
1.1 Enonciation du problème – – – – – – – 19 1.2 Objectif du travail – – – – – – – – 21 1.3 Justification du sujet – – – – – – – – 26 1.4 Portée et limite de l‟étude – – – – – – – 28 Conclusion – – – – – – – – 29 Notes et références – – – – – – – 30 CHAPITRE DEUX : ETAT DU SUJET 2.0 Introduction – – – – – – – – – 32 2.1 OEuvres critiques portant sur le féminisme – – – – – 33
x
2.2 OEuvres critiques portant sur le théâtre francophone africain – – 49 2.3 OEuvres critiques portant sur les pièces de Koffi Kwahulé – – – 54 Conclusion – – – – – – – – – 60 Notes et références – – – – – – – – 61 CHAPITRE TROIS : METHODOLOGIE
3.0 Introduction – – – – – – – – – 66
3.1 Les étapes de l‟élaboration du projet – – – – – – 66 3.2 Cadre théorique – – – – – – – – 69 3.2.1 L‟approche fonctionnaliste – – – – – – – 69 3.2.2 L‟approche féministe – – – – – – – – 71 3.2.3 L‟approche sociologique – – – – – – – 73 3.3 Les cadres de référence – – – – – – – 75 Conclusion – – – – – – – – – 77 Notes et Références – – – – – – – 78 CHAPITRE QUATRE : LA VIOLENCE DANS L’OEUVRE THEATRALE DE KOFFI KWAHULE 4.0 Introduction – – – – – – – – – 80 4.1. La violence domestique – – – – – – – 86 4.1.1 Le viol conjugal – – – – – – – 88 4.1.2 L‟inceste – – – – – – – – 93 4.1.3 La violence physique – – – – – – – 98 4.2 Les pratiques traditionnelles pernicieuses – – – – 105 4.2.1 La Mutilation Génitale Féminine – – – – – 105 4.2.2 La violence communautaire – – – – – – – 111
xi
4.2.2.1 Le viol collectif – – – – – – – 112 4.2.2.2 Le harcèlement sexuel – – – – – – 115 4.2.2.3 La prostitution forcée – – – – – – – 119 4.3 La violence perpétrée par l‟Etat – – – – – – 122 4.3.1 La violence carcérale – – – – – – – 122 4.3.2 La violence déclenchée par les conflits armés – – – – 126 4.4 Récapitulation – – – – – – – – – 128 4.5 Conclusion – – – – – – – – – 129 Notes et références – – – – – – – – 130
CHAPITRE CINQ : LA REACTION FEMINISTE DES FEMMES KWAHULEENNES 5.0 Introduction – – – – – – – – – 134 5.1. Les femmes traditionnelles – – – – – – – 137 5.2 Les femmes anti-féministes – – – – – – 144 5. 3 Les féministes libérales traditionnelles – – – – – 154 5.4 Les féministes postmodernes – – – – – – – 156 5.5 Les féministes radicales – – – – – – – 162 5.6 Récapitulation – – – – – – – – – 170 5.7 Conclusion – – – – – – – – – 172 Notes et références – – – – – – – – 173
Conclusion générale – – – – – – – – 176 Notes et références – – – – – – – – – 179
Bibliographie – – – – – – – – – 180

 

 

CHAPTER ONE

PROBLEME DE RECHERCHE
1.0 Introduction
19
Dans une recherche, la priorité est de pouvoir identifier le problème de base. Les questions de base, quant à elles constituent non seulement un point de départ, mais aussi un moyen de voir clairement le sujet en question. Cette identification guide le chercheur au cours du travail. Ceci étant, ce chapitre tente d’aborder la question de base qui se pose dans notre étude. Après avoir dégagé la problématique, nous allons aborder l’objectif de notre étude, la justification, la portée et la limite et enfin les limitations de notre étude.
1.1 Enonciation du problème
Etant donné que toute bonne recherche vise à répondre à une question précise, on se pose alors la question de savoir : Quel problème cherche-t-on à résoudre dans cette recherche ? En effet, notre intérêt principal est d’explorer le niveau des violences faites aux femmes dans les pièces de Kwahulé. Ceci est en vue de savoir les diverses formes de discrimination sociale, économique et politique subies par les femmes. C’est aussi l’analyse de la représentation des femmes vis-à-vis de la féminité et de la masculinité. Les premières questions qui ont guidé notre réflexion ont été les suivantes: Après avoir traité les problèmes des femmes dans la plupart de ses pièces, Koffi Kwahulé est-il un auteur féministe? Si oui, quel type de féministe est-il?
En réalité, la femme africaine a subi des abus dû à de nombreuses raisons. Des pratiques discriminatoires à l’égard des femmes sont très répandues en Afrique. Ces femmes souffrent de divers problèmes au sein de leur société, des problèmes parmi lesquels le mariage précoce ou forcé, la prostitution forcée, la violence sexuelle, la mutilation génitale féminine, le trafic des femmes, les difficultés d’accès à l’éducation ou encore des problèmes liés à la santé. Selon Onyemelukwe dans Violence and Politics in Postcolonial Literature,
20
the woman is one creature that is easily prone to violence. Most women suffer one form of violence or the other at one point or several others in the course of their growth and development. Violence against women is, thus, a social problem warranting serious universal concern. This partly explains my passion for studies on violence against women as depicted by feminist writers in their writings.1
Cette situation désagréable qu’explique Onyemelukwe reste largement répandue sur le continent africain. Ce malaise n’a pas manqué d’attirer l’attention des écrivains africains dont Koffi Kwahulé, auteur des pièces théâtrales qui font l’objet de cette étude.
De manière précise, cette étude cherche à analyser la manière dont Kwahulé présente les problèmes de la femme dans ces différentes pièces. Ainsi, l’étude visera à montrer comment les femmes sont dominées par les hommes dans la société. L’analyse des oeuvres de Kwahulé nous permettra de mettre en exergue la lutte des femmes en vue de se libérer des oppressions provoquées par l’homme. Nous voyons cette situation à travers les personnages comme M. le juge dans Les recluses, Nicolas et Benjamin dans Nema, le père de P’tit Souillure dans P’tit Souillure. Tous ces gens cités sont des oppresseurs car, profitant de leur identité d’hommes et de leur position, ils exercent une autorité excessive et violente sur les femmes. Ce malsain nous amène à réfléchir sur le problème épineux de la domination du sexe féminin en Afrique.
Ainsi, ce phénomène nous entraînera à scruter, d’abord, le comportement de M. le juge dans Les recluses. Mais l’aspect qui attire le plus notre attention, c’est l’attitude de ce monsieur envers Kaniosha. Cet homme qui, sans pudeur, ni dignité, n’aura pas honte de faire du chantage à une pauvre femme. M. le juge, très égoïste, ose non seulement séduire une femme mariée mais aussi de promettre à cette dernière qu’il abandonnera sa femme pour elle. D’un autre côté, nous allons aussi voir comment Nicolas et Benjamin maltraitent leurs femmes dans Nema. Ces deux femmes, victimes de viol et d’abus
21
conjugal s’unissent pour se venger de leurs oppresseurs respectifs. Dans La mélancolie des barbares, nous verrons des femmes comme Lulu à qui le recruteur demande de se déshabiller avant qu’elle ne soit engagée.
Ces méditations nous permettront de voir si les oeuvres de Kwahulé permettent de voir l’importance de l’oeuvre théâtrale et l’importance de la femme dans la lutte en vue de construire une société africaine juste et équitable.
1.2 Objectif du travail
L’objectif central de cette recherche est de voir la place des femmes dans le théâtre de Kwahulé. En analysant le rôle des femmes dans les pièces de Koffi Kwahulé, nous espérons être en mesure de montrer le type de féministe qu’est Koffi Kwahulé, tel qu’il est représenté à travers ses écrits. Dans cette dissertation, nous voulons montrer comment le théâtre de Koffi Kwahulé peint les femmes et aussi chercher à savoir jusqu’à quel point ce dramaturge soutient la cause des femmes. Le dramaturge vit depuis une trentaine d’années en France. Alors, on cherche à savoir si son éloignement de son pays d’origine a des conséquences sur sa manière de présenter les problèmes de la femme africaine. Qu’ils sont en Occident ou en Afrique, l’objectif principal des féministes est le même ; la soutient de la cause des femmes. Pourtant, les perspectives peuvent être différentes selon la coutume et la tradition de l’endroit. Voilà que nous avons également voulu examiner cette question en nous intéressant à la manière dont le dramaturge affirme cette identité à travers ses écrits.
L’oppression de la femme a, sans doute, de graves effets sur le continent. Parmi ces problèmes, on peut citer la violence sexuelle, la mutilation génitale féminine et la domination de la femme. Alors, ce travail expose les atrocités perpétrées par les anti-feministes comme elles se manifestent dans l’oeuvre théâtrale de Kwahulé. L’objectif de cette étude est de montrer comment l’Afrique sous-estime ses
22
femmes. Ainsi, Yemi Mojola le résume bien lorsqu’elle observe que: “African women, it cannot be doubted, have been victims of male subjugation and ill-treatment, indeed violence throughout the ages”2 Tous les problèmes que font face la femme africaine sont d’une importance capitale et aucun n’est à négliger.
Depuis des siècles, la femme africaine a été victime de mutilations génitales féminines (MGF), comme l’excision et l’infibulation. Ces mutilations se présentent comme des sévices infligés à des femmes et surtout à des fillettes, comportant des risques majeurs et posant un grand problème. L’excision est également présentée comme un moyen de préservation de la chasteté par inhibition du désir sexuel. Chez la jeune fille, elle est censée éviter toute velléité de rapport sexuel prématuré. Chez la femme mariée, elle réduirait identiquement les risques de céder aux tentations adultérines. Cette notion souligne que ces mutilations provoquent même une réduction de plaisir sexuel féminin. Expliquant la situation, Laylock est de l’opinion que “l’excision réduit incontestablement l’activité sexuelle chez la femme et le plaisir qu’elle tire du rapport sexuel. L’infibulation tend à prévenir les rapports prématurés et illicites et à augmenter les sensations voluptueuses du mari lors des rapports.”3 Ce phénomène augmente le plaisir sexuel masculin au détriment de celui des femmes concernées. Les mutilations sexuelles féminines favorisent la copulation en toutes les phases : “la pénétration dans le vagin débarrassé de ces obstacles tels que le clitoris et les nymphes, le maintien de l’érection du fait de l’étroitesse vaginale, l’éjaculation et la rétention de sperme à l’intérieur des voies génitales.”4 Bien que cette pratique favorise les hommes, elle nuit gravement à la santé des femmes. Lutter contre l`excision doit être un objectif de la femme africaine, bien que la pression sociale soit forte pour le respect de la tradition à laquelle il est difficile de se déroger. Selon l’OMS,
Female Genital Mutilation is recognized internationally as a violation of the human rights of girls and women. It reflects deep-rooted inequality between the sexes, and
23
constitutes an extreme form of discrimination against women. The practice also violates a person’s rights to health, security and physical integrity, the right to be free from torture and cruelty, inhuman or degrading treatment, and the right to life when the procedure results in death.5
En effet, ces mutilations génitales sont considérées comme une atteinte grave et une violation extrême des droits des filles et des femmes, qui, en réalité, constituent la couche la plus vulnérable de la société. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, ces pratiques sont le reflet d’une inégalité profondément enracinée entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l’égard des femmes. Ces pratiques violent également les droits à la santé, à la sécurité, à l’intégrité physique, le droit d’être à l’abri de la torture et de traitements cruels ainsi que le droit à la vie lorsqu’elles ont des conséquences mortelles.6 Selon la même source, environ 140 millions de filles et femmes dans le monde entier vivent actuellement avec les conséquences de la Mutilation Génitale Féminine. D’une manière claire, voyant le nombre de personnes victimes des séquelles de cette pratique inhumaine, on remarque qu’elle a pris malheureusement de l’ampleur à travers le monde entier. Il devient alors urgent de sensibiliser les auteurs de ces pratiques au risque que cela entraîne sur la couche la plus vulnérable de la société africaine.
La violence sexuelle se présente souvent sous forme de viol, d’inceste et de violence conjugale. La violence sexuelle issue de guerre ou due à la malignité des hommes est très répandue en Afrique. Ce phénomène a un impact profond sur la santé mentale et physique des femmes. Aussi bien qu’en provoquant la blessure physique, il est associé à un risque augmenté de problèmes de santé et de reproduction, avec les conséquences tant immédiates qu’à long terme. Les morts après la violence sexuelle peuvent être à la suite du suicide ou l’infection VIH. La violence sexuelle peut aussi
24
profondément affecter le bien-être social des victimes; les individus sont souvent stigmatisés et exclus par leurs familles. Selon Busari Lasisi, l’exploitation et l’oppression de la jeune fille africaine sont devenues de nos jours un sujet frappant d’actualité. Cette situation pathétique empêche l’émancipation des jeunes filles africaines en particulier et les femmes en general.”7 Cette citation confirme que les femmes sont les plus touchées par ces violences. En d’autres termes, on remarque que la violence sexuelle prend de l’ampleur de jour en jour. Personne n’est à l’abri que cela soit les filles, les femmes, même les femmes âgées. La plupart des agresseurs sont des hommes qui se comportent comme des sauvages tout en oubliant que cela aura une répercussion négative sur la vie des victimes.
Un autre problème auquel la femme africaine fait face est le mariage forcé. Le mariage forcé désigne un mariage où les concernés sont obligés de se marier contre leur volonté. Les filles qui refusent les voeux de leur famille sont deviennent victimes de crimes horrifiques comme le meurtre, la violence et l’attaque sexuelle. Celles qui s’enfuient des mariages sont souvent reniées par leurs parents. Concernant ce fait, Onyemelukwe se demande: ‘‘How else can one explain parental imposition of a spouse on a daughter if not that the woman’s opinion and consent are deemed immaterial?”8 Onyemelukwe conclut que les parents qui optent pour le mariage forcé sont tous simplement des matérialistes. Il ne conçoit pas qu’il revient à deux personnes de décider s’ils veulent s’unir. Cette décision doit être prise de façon mutuelle et inconditionnée. C’est un comportement égoïste de forcer une fille à se marier car son opinion devrait être prise en compte. Les effets néfastes de ce fléau transcendent les frontières de l’Afrique occidentale, c’est une plaie dont l’odeur se fait sentir dans les autres parties du continent.
Dans nos pièces de base, Kwahulé s’attaque à tous ces problèmes mentionnés ci-haut. Dans Les recluses, tous les personnages féminins sont victimes d’une sorte de violence à l’autre, y compris le viol
25
collectif et la prostitution forcée. Dans Nema, nous voyons les femmes subies la domination, la violence conjugale et le meurtre. Par contre, dans P’tit Souillure, le thème principal est l’inceste. Tout au long des pièces de base, c’est la dénonciation des maux subis par les femmes que ce dramaturge essaie de mettre en plein air. Notre étude cherche alors, à analyser les problèmes présentés par Kwahulé dans les sept pièces choisies. Ainsi, l’étude vise à montrer comment les femmes sont dominées par les hommes dans la société.
La persistance de ce fléau va non seulement continuer de freiner le développement de l’Afrique mais également mener la société au chaos s’il n’est pas corrigé. La contribution des femmes au développement ne doit pas être sous-estimée. “Les femmes représentent 70% de la production alimentaire de l’économie rurale en Afrique. Des études ont montré que l’alphabétisation des femmes au-delà de l’école primaire est une route fiable à l’autonomie économique et au changement durable dans la société.”9 Cette étude vise de voir comment la dénonciation de toute sorte de déshumanisation des femmes se manifeste dans les sept pièces de base de cette étude. Les pièces de Kwahulé, faisant l’objet de cette étude nous incitent à méditer sur le sort des Africaines. Son message mérite alors l’attention du grand public. C’est enfin en vue de sensibiliser le public à la position du grand dramaturge qu’est Koffi Kwahulé que nous basons cette étude sur ses pièces.
1.3 Justification du sujet
On pourrait se poser des questions telles: Pourquoi le théâtre francophone africain ? Pourquoi le choix du féminisme ici? Pourquoi le choix des pièces de Kwahulé ? Le théâtre est depuis des siècles, un important phénomène social, jouant un rôle essentiel dans les pratiques rituelles et sociales. Aussi, le théâtre sert-il de vecteur de diffusion d’informations, de traditions et d’expression des idées. Au cours des dix dernières années, le théâtre a commencé à jouer un rôle dans le développement et comme un moyen d’expression politique et sociale. Les écrivains féministes ont également commencé à utiliser ce
26
moyen d’expression en vue de promouvoir l’égalité dans les foyers et au sein de la société. Certes, le théâtre comme genre littéraire n’a pas assez attiré l’attention des critiques. Comme le constate Gertrude Edem, “unlike its Anglophone counterpart, Francophone African theatre has attracted little critical attention and its critics, generally more fascinated by performance, tend to record, analyse and report on stage production of plays, virtually neglecting the study of theatre as a literary genre.”10
Par contre, l’importance du théâtre dans la correction des moeurs socio-politiques en Afrique ne peut pas être sous-estimée. Parlant de l’Afrique, Aimé Césaire, cité par Jacques Chevrier, est de l’opinion “qu’il convient sans doute que le théâtre lui donne l’occasion de poser publiquement les problèmes qui la tourmentent.”11 Dans l’ensemble, le théâtre est reconnu comme un outil avantageux pour les femmes. Il y a des pièces théâtrales qui abordent spécialement les questions de genre en traitant des questions féminines. Il existe également des dramaturges qui utilisent le théâtre pour exprimer les préoccupations importantes des femmes. Au fait, le théâtre a été utilisé pour aborder une large gamme de questions sociales et de développement basés sur les problèmes de genre.
En Afrique, on tend à oublier la pertinence du théâtre dans le développement. Comme le développement, le théâtre est l’issu des membres de la société qui jouent des divers rôles tout en cherchant à mettre fin à des problèmes. Comment un pays est perçu sur le plan du développement est en fonction du caractère de ses citoyens. Par le biais des chants, des danses, des musiques et de l’art dramatique, le théâtre peut être déployé à aider les gens à internaliser les valeurs qui sont nécessaires pour le développement. Comme le constate Ebenezer Omoteso, ‘‘theatre is found to be a very appropriate form for bringing about changes and reforms in society during crisis.”12 Ce que le critique est en train de dire en terme clair est que le théâtre aide à dépeindre les réalités sociales et tout en encourageant la participation du public. En effet, il existe un lien entre le théâtre et la société. Le théâtre décrit des situations de la vie réelle ainsi que des personnages auxquels les gens peuvent facilement
27
s’identifier. Alors, le théâtre offre la meilleure possibilité de toucher les groupes sociaux marginalisés, notamment les femmes, en particulier.
Le féminisme est un sujet fameux. Pourtant, nous avons décidé de baser notre étude sur le féminisme. Depuis le début de sa carrière dramaturgique, les critiques n’ont pas suffisamment abordé le côté féministe de l’oeuvre de Kwahulé. L’étude féministe qu’on compte faire est de mettre en relief les différentes formes de discriminations contre les femmes. On ne peut nier que l’homme est au centre des activités dans la plupart des oeuvres littéraires. Pour cette raison, nous voulons examiner le rôle des personnages féminins que crée Kwahulé. Nous voulons savoir si comme le constate Francis Angrey, “Most male writers in Africa have not been sufficiently advancing the cause of women in most of what they write.”13 Nous voulons savoir si Kwahulé plaide assez pour l’amélioration de la condition de la femme dans ses oeuvres.
Koffi Kwahulé est parmi les auteurs africains les plus joués sur le plan international. Toutefois, ce dramaturge demeure, encore aujourd’hui, passablement inconnu du public anglophone. Auteur d’une vingtaine de pièces théâtrales, Kwahulé est comédien, metteur en scène et romancier. En abordant ces pièces, nous cherchons, dans un premier temps, à attirer l’attention du public anglophone, sur leur existence, et, dans un deuxième temps, à montrer la pertinence de leurs thématiques à la réalité de l’Afrique contemporaine en général et du Nigeria en particulier. Voilà ce que nous considérons comme notre humble contribution au monde du savoir
1.4 Portée et limite de l’étude
Nous savons qu’en tant que dramaturge, Koffi Kwahulé a à son actif, une vingtaine d’ouvrages, parmi lesquels un bon nombre portant sur les problèmes des femmes. Entre tant d’autres, il est l’auteur de Jaz, Blue scat, La dame du café d’en face, Les créanciers, Fama, Bintou et La jeune fille au gousset. Il
28
existe aussi plusieurs autres pièces théâtrales qui portent sur les problèmes de la femme africaine, parmi lesquels nous pouvons compter : Trois prétendants… un mari de Guillaume Oyono Mbia, La secrétaire particulière de Jean Pliya et La première dame de Florent Eustache Hessou. Pourtant, nous sommes obligés de nous limiter à ces sept pièces de Koffi Kwahulé. En effet, nous avons eu à parler des problèmes tels que le viol collectif et conjugal, l’inceste, le harcèlement sexuel, la prostitution forcée, la domination masculine et la mutilation génitale féminine. Si notre travail nous avait permis d’aborder ces autres pièces, nous aurions pu aborder d’autres aspects comme la poétique dans l’oeuvre de Kwahulé ou les réalités politiques dans l’oeuvre de Kwahulé. Ce sont des sujets importants que nous aurions pu aborder dans notre travail.
D’un point de vue méthodologique, notre étude est d’abord basée sur les thématiques
féministes que nous retrouvons dans le théâtre de Koffi Kwahulé. Elle ne comporte pas une analyse historique de son corpus. Elle est plutôt organisée en fonction de la nature des thèmes évoqués dans ces pièces. D‘ailleurs, même si le théâtre de Koffi Kwahulé est intimement lié au jazz et à la musique, nous avons préféré nous distancier de cet aspect et choisi de ne pas faire intervenir une discussion sur les formes héritées de la musique jazz dans son oeuvre dramaturgique. Bien que nous ayons compris la musicalité, nous avons préféré ne pas aborder cette question, parce qu’il s’agit d’un domaine qui nous est moins familier. Aussi, en analysant ces aspects, nous risquons de dévier du sujet. Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas lier de temps en temps notre étude à cet aspect. En analysant les pièces dans cette étude, notre intérêt sera porté sur les différentes thématiques qui concernent la femme en général. La manière dont nous allons aborder ces pièces fera en sorte que nous ciblerons le thème dominant au sein de chacun des textes.
Conclusion
29
Dans ce chapitre, nous avons passé en revue le problème de la recherche qui est un aspect très pertinent à cette étude. Ensuite, nous avons dégagé l’objectif de notre sujet qui est d’exposer la manière dont Kwahulé dénonce toute sorte d’exploitation féminine, puis la justification du sujet, la portée, la limite et les limitations du terme choisi. A partir des particularités énoncées ci-dessus, nous avons eu à méditer sur le problème qu’on compte résoudre dans cette recherche. On a pu constater que la femme africaine fait face à tant de problèmes sociopolitiques, et montre à quel point la société africaine ne considère pas assez l’importance des femmes dans son développement. Par le biais de cette étude, on compte attirer l’attention des Africains sur les pièces de Koffi Kwahulé. On se demande alors si cela éveillera vraiment la conscience des hommes quant à la discrimination faite aux femmes. Notes et références
1. Ifeoma Onyemelukwe, Violence and Politics in Postcolonial Literature (Zaria: Labelle Educ. Pub, 2009) 27.
2. Yemi Mojola, „„Women as axe-men of Womanism in the works of selected francophone female novelists of West Africa.” Sam Ade Ojo and Olusola Oke (ed.) Themes in African Literature in French: A Collection of Essays (Ibadan: Spectrum, 2000) 243.
3. Laylock H.T, “Surgical Aspects of Female Circumcision in Somaliland.” East Africa Medical Journal (1950) 455.
4. Michel Erlich, La femme blessée. Essai sur les mutilations sexuelles féminines (Paris: l‟Harmattan, 1986) 189.
30
5. World Health Organization Media Centre, Female Genital Mutilation. Fact sheet N0 24. February 2012. <http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs241/en/>.
6. World Health Organization Media Centre, Female Genital Mutilation. Fact sheet N0 24. February 2012. <http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs241/en/>
7. Busari lasisi, “L‟exploitation des jeunes filles en Afrique contemporaine: Une lecture de Pain sucré de Mary Lee Martin-Koné” Journal of Humanities Department of French (ABUDoF) 1.9/10 (2010/2011) 168.
8. Ifeoma Onyemelukwe, “Mongo Beti and Paradoxical Anti-feminist Social Practices.” Work in Progress 8 (1995): 89.
9. Unity Chabi, “Le nouveau visage de l‟émancipation économique des femmes” Femme « battisseurs » d’Afrique (Quebec : Musée de la civilisation, 2000) 123.
10. Gertrude Edem, “Female Characterisation in Francophone African Drama.” Sam Ade Ojo and Olusola Oke (ed.) Themes in African Literature in French: A Collection of Essays (Ibadan: Spectrum, 2000) 263.
11. Jacques Chevrier, Littérature nègre (Paris: Armand Colin, 2004) 165.
12. Ebenezer Omoteso, “Black Brazilian Theatre and Politics” Ibadan Journal of European Studies 1 (2000): 202.
13. Francis Unimna Angrey, “Male Writers‟ Relation to Feminism: The Image of Woman as Gold and a Sublime Being in Male Francophone African Writings” Sam Ade Ojo (ed.) Feminism in Francophone African Literature. (Ibadan: Signal Educational Services, 2003) 71.
31

 

GET THE COMPLETE PROJECT»
Do you need help? Talk to us right now: (+234) 08060082010, 08107932631, 08157509410 (Call/WhatsApp). Email: edustoreng@gmail.com