WeCreativez WhatsApp Support
Welcome! My name is Damaris I am online and ready to help you via WhatsApp chat. Let me know if you need my assistance.

Download this complete Project material titled; Structures Phrastiques Dans Allah N’est Pas Obligé D’ahmadou Kourouma with abstract, chapters 1-5, references, and questionnaire. Preview Abstract or chapter one below

  • Format: PDF and MS Word (DOC)
  • pages = 65

 3,000

ABSTRACT

This Work shows how AhmadouKourouma uses his skills of applying “Ivorian French´´ in his writings.In our work titled, “ Sentence Structures ´´ in Allah n’est pas obligé,we looked at how Kourouma puts into writing his own Africanized French in different structures through the voice of a child soldier called Birahima.This work tries to illustrate and appreciate the manipulation of French language by Kourouma.For better understanding,we have divided this work into five(5) chapters. The first chapter discusses research problem and the general introduction of the work.The second chapteris a compilation of some works done by others on AhmadouKourouma‟s books.In the third chapter we discussed the methodology,while the fourth and fifth chapters talk about detailed illustrations of some sentences and words in the novel Allah n’est pas obligé by AhmadouKourouma.

 

 

TABLE OF CONTENTS

Introduction
0.1 Définition du langage, de la langue et de la parole – – – – 2
0.2 Fonctions du langage – – – – – – – 6
0.3 La structure et la phrase – – – – – – – 7
0.4 Inventaire du sujet à élaborer – – – – – – – 9
0.5 Annonce du plan – – – – – – – – 11
Chapitre un : Le problème de l’étude
1.0 Introduction – – – – – – – – – 12
1.1 Enonciation du problème – – – – – – – 12 1.1.1 Les questions de l‟étude – – – – – – – 16 1.2 Objectif de l‟étude – – – – – – – – 16 1.3 Justification du sujet – – – – – – – – 17 1.4 Portées,limites et limitations de l‟étude – – – – – 18 1.5 Conclusion – – – – – – – – – 19 Chapitre Deux : Etat du sujet
2.0 Introduction – – – – – – – – – 20
2.1 Critiques sur le langage d‟Ahmadou Kourouma dans ses oeuvres en général20 2.2 Critiques vis-à-vis du langage dans Allah n‟est pas obligé – – – 25 2.3 La nouveauté de notre travail – – – – – – 31 2.4 Conclusion – – – – – – – – – 32 Chapitre trois : Méthodologie 3.0 Introduction – – – – – – – – – 33 3.1 L‟approche thématique – – – – – – – 34 3.2 L‟approche sociocritique – – – – – – – 35 3.3 Le distributionalisme – – – – – – – 36
3.4 Encadrement théorique – – – – – – – 38
ix
3.5 Le structuralisme – – – – – – – – 39 3.6 Conclusion – – – – – – – – – 43 Chapitre quatre : Nature des phrases dans Allah n’est pas obligé 4.0 Introduction – – – – – – – – – 45 4.1 Les différents types de phrases en français – – – – – 45 4.2 Répétition des locutions – – – – – – – 46 4.3 Langage grossier – – – – – – – – 48 4.3.1 Langage proverbial – – – – – – – – 49 4.4 Interférence phonographique – – – – – – – 52 4.5 La négation chez Kourouma – – – – – – – 52 4.6 Subversion – – – – – – – – – 52 4.7 Le lexique argotique – – – – – – – – 54 4.7.1 Les termes argotiques français – – – – – – 54 4.7.2 Lexique familier ou argotique construit par dérivation – – – 55 4.8 Le lexique familier – – – – – – – – 57 4.8.1 Les structures phrastiques marquées par le familier – – – – 58 4.8.2 La syntaxe grammaticale indélicate – – – – – – 61 4.9 Conclusion – – – – – – – – – 61 Chapitre cinq : Mélange des structures dans Allah n’est pas obligé 5.0 Introduction – – – – – – – – – 63 5.1 Structures emphatiques avec répétition d‟adverbe – – – – 63 5.1.1 Phrases avec répétition d‟adverbe – – – – – – 63
x
5.1.2 Phrases avec abondance de qualificatifs et d‟adverbes – – – 63 5.1.3 Phrase elliptique – – – – – – – – 64 5.1.4 Phrase sans déterminant – – – – – – – 64 5.1.5 Suppression de « ne » dans la structure négative – – – – 65 5.2 Le malinké et le français – – – – – – – 66 5.3 L‟arabe, l‟anglais et le français – – – – – – 74 5.4 Le nouchi – – – – – – – – – 76 5.5 Conclusion – – – – – – – – – 79 Liste de quelques expressions citations tirées et du Roman – – – 80 CONCLUSION GÉNÉRALE – – – – – – 82 BIBLIOGRAPHIE – – – – – – – – 85Introduction
0.1 Définition du langage, de la langue et de la parole – – – – 2
0.2 Fonctions du langage – – – – – – – 6
0.3 La structure et la phrase – – – – – – – 7
0.4 Inventaire du sujet à élaborer – – – – – – – 9
0.5 Annonce du plan – – – – – – – – 11
Chapitre un : Le problème de l’étude
1.0 Introduction – – – – – – – – – 12
1.1 Enonciation du problème – – – – – – – 12 1.1.1 Les questions de l‟étude – – – – – – – 16 1.2 Objectif de l‟étude – – – – – – – – 16 1.3 Justification du sujet – – – – – – – – 17 1.4 Portées,limites et limitations de l‟étude – – – – – 18 1.5 Conclusion – – – – – – – – – 19 Chapitre Deux : Etat du sujet
2.0 Introduction – – – – – – – – – 20
2.1 Critiques sur le langage d‟Ahmadou Kourouma dans ses oeuvres en général20 2.2 Critiques vis-à-vis du langage dans Allah n‟est pas obligé – – – 25 2.3 La nouveauté de notre travail – – – – – – 31 2.4 Conclusion – – – – – – – – – 32 Chapitre trois : Méthodologie 3.0 Introduction – – – – – – – – – 33 3.1 L‟approche thématique – – – – – – – 34 3.2 L‟approche sociocritique – – – – – – – 35 3.3 Le distributionalisme – – – – – – – 36
3.4 Encadrement théorique – – – – – – – 38
ix
3.5 Le structuralisme – – – – – – – – 39 3.6 Conclusion – – – – – – – – – 43 Chapitre quatre : Nature des phrases dans Allah n’est pas obligé 4.0 Introduction – – – – – – – – – 45 4.1 Les différents types de phrases en français – – – – – 45 4.2 Répétition des locutions – – – – – – – 46 4.3 Langage grossier – – – – – – – – 48 4.3.1 Langage proverbial – – – – – – – – 49 4.4 Interférence phonographique – – – – – – – 52 4.5 La négation chez Kourouma – – – – – – – 52 4.6 Subversion – – – – – – – – – 52 4.7 Le lexique argotique – – – – – – – – 54 4.7.1 Les termes argotiques français – – – – – – 54 4.7.2 Lexique familier ou argotique construit par dérivation – – – 55 4.8 Le lexique familier – – – – – – – – 57 4.8.1 Les structures phrastiques marquées par le familier – – – – 58 4.8.2 La syntaxe grammaticale indélicate – – – – – – 61 4.9 Conclusion – – – – – – – – – 61 Chapitre cinq : Mélange des structures dans Allah n’est pas obligé 5.0 Introduction – – – – – – – – – 63 5.1 Structures emphatiques avec répétition d‟adverbe – – – – 63 5.1.1 Phrases avec répétition d‟adverbe – – – – – – 63
x
5.1.2 Phrases avec abondance de qualificatifs et d‟adverbes – – – 63 5.1.3 Phrase elliptique – – – – – – – – 64 5.1.4 Phrase sans déterminant – – – – – – – 64 5.1.5 Suppression de « ne » dans la structure négative – – – – 65 5.2 Le malinké et le français – – – – – – – 66 5.3 L‟arabe, l‟anglais et le français – – – – – – 74 5.4 Le nouchi – – – – – – – – – 76 5.5 Conclusion – – – – – – – – – 79 Liste de quelques expressions citations tirées et du Roman – – – 80 CONCLUSION GÉNÉRALE – – – – – – 82 BIBLIOGRAPHIE – – – – – – – – 85

 

 

CHAPTER ONE

GÉNÉRALE Notre sujet porte sur « Etude des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma ». Pour réaliser ce travail, il nous incombe d‟abord de faire des remarques préliminaires sur la linguistique, le concept du langage, de la langue, de la structure et de la phrase avant d‟analyser les diverses formes des structures phrastiques telles que Kourouma nous les présente dans Allah n’est pas obligé. Considéré comme « le Père » de la linguistique, Ferdinand de Saussure, linguiste Suisse a largement contribué au développement de la linguistique comme champ d‟étude scientifique. Avec ses travaux au début du 20e siècle, Saussure a précisé ce champ d‟étude comme une « science qui a pour objet la langue envisagée en elle-même » (Saussure (123). A partir de cette remarque, on peut postuler que l‟étude d‟une langue est une étude technique et systématique. Tout d‟abord, la langue est considérée comme objet d‟analyse scientifique, hors de tout contexte social (même si elle est un phénomène social) qui apporte souvent des jugements de valeur, comme le démontre la citation suivante de Martinet : « Une étude est dite scientifique lorsqu‟elle se fonde sur l‟observation des faits et s‟abstient de proposer un choix parmi ces faits au nom de certains principes esthétiques ou moraux » (6).
Martinet opine aussi que la linguistique est l‟étude scientifique du langage humain. C‟est à partir de cette définition de Martinet, au début du 20e siècle, que la linguistique s‟est établie comme une discipline scientifique et qu‟elle a commencé à se démarquer d‟autres disciplines. D‟après Le dictionnaire linguistique Larousse, « La linguistique est
2
une science historique qui a pour objet la connaissance des civilisations passées par les documents écrits qu‟elles nous ont laissés » (1239). A cet effet, la linguistique se veut donc un outil de description scientifique neutre qui ne tient pas compte des valeurs personnelles associées à la perception d‟une langue ou d‟une population. Ferdinand de Saussure a proposé des distinctions terminologiques, celles de langue, de langage et de parole. Il dit qu‟elles sont révélées particulières. Parmi les distinctions terminologiques proposées par Ferdinand de Saussure au début du siècle dernier, celles de langue, du langage et de parole se sont révélées particulièrement pertinentes et elles sont toujours utilisées de nos jours. Dans cette étude, nous voulons étudier les structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Nous procéderons par jeter de la lumière sur les notions-clé. 0.1 Définition du langage, de la langue et de la parole Le langage est un atout disponible chez chaque individu né normal. Ferdinand de Saussure fait la distinction entre les concepts de la langue et du langage. Ce linguiste oppose au langage, la langue qui est une composante sociale du langage. Imposant aux individus de conventions nécessaires à l‟exercice de la parole qui est la manifestation individuelle et volontaire de la langue.
Le langage, selon Ferdinand de Saussure, est la capacité spécifique à l‟espèce humaine de communiquer au moyen d‟un système de signes vocaux qu‟il appelle la langue. Ainsi pour Saussure, l’objet de la linguistique ne saurait être le « langage ». Pris comme un tout, le langage constitue une réalité à la fois physique, physiologique et psychique, qui intéresse diverses disciplines comme, par exemple, la physiologie, la psychologie, l’anthropologie, ou la philologie.
3
SelonMicrosoft Encarta DVD: Language is the principal means used by human beings to communicate with one another. Language is primarily spoken, although it can be transferred to other media, such as writing. If the spoken means of communication is unavailable, as may be the case among the deaf, visual means such as sign language can be used. A prominent characteristic of language is that the relation between a linguistic sign and its meaning is arbitrary (2). Le langage est inné. Pour que la langue existe, on se sert du langage. La langue est alors sociale et habituelle tandis que le langage est individuel. Le langage humain est un véhicule essentiel de la culture, ce qui fait que le langage devient multidimensionnel rassemblant plusieurs domaines de la vie humaine. Le langage est un phénomène assez extraordinaire. D‟après La Grande Encyclopédie le langage est caractérisé « comme le pouvoir de trouver à un objet sa représentation en signe » (6935). Cela veut dire qu‟on n‟utilise pas le langage pour rien, il existe toujours une représentation de quelque chose. Selon Freud cité dans La Grande Encyclopédie, le langage et la pensée sont bien distincts, car le langage est l‟expression de la pensée. Pour l‟homme, le langage est l‟instrument d‟opération, tandis que la pensée est le matériel d‟opération. Dans ce cas, nous pouvons dire que le langage est non seulement l‟expression de la pensée mais aussi l‟expression de toute la personnalité de l‟homme. Voilà pourquoi nous avons plusieurs professions avec divers registres qui viennent exprimer des idées pour que l‟homme comprenne bien le message envoyé. Le langage est un instrument riche, souple, efficace que l‟homme a le pouvoir d‟utiliser, c’est-à-dire que l‟homme est libre d‟utiliser le langage à son gré.
Dans ce contexte, la capacité de l‟individu à utiliser le langage est indiquée par la désignation de la parole, c’est-à-dire l‟activité qui consiste à employer une langue dans une
4
situation effective donnée. C‟est une activité qui consiste à parler et à écrire, En fait, le langage désigne le produit d‟un acte de parole, c’est-à-dire le discours. Donc, le discours oral ou écrit d‟un individu peut être étudié. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. Alors, la compétence linguistique est le savoir-faire de la langue. La compétence langagière est donc l‟emploi de la langue qu‟on parle. C‟est une expression appliquée au locuteur natif dans la théorie générative. Elle est en même temps le savoir intuitif du locuteur natif. Martinet pense que « l‟homme emploie sa langue pour analyser ce qu‟il sent dans la société » (7). En effet, l‟homme s‟exprime à travers la langue et se fait comprendre dans la „société‟ en utilisant la langue. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. C‟est d‟abord la langue dans sa pratique individuelle extrapolée au style. Le style c‟est l‟homme, on ne peut pas séparer l‟homme de son style. C‟est la personne psychologique et biologique d‟un auteur ou d‟un scripteur. En effet, la performance révèle toutes les choses voilées dans le texte d‟un auteur. La performance d‟un auteur est son écart par rapport à la norme et cet écart peut être positif ou négatif. C‟est toujours la performance d‟un auteur qu‟on peut soumettre à l‟analyse. On a coutume de présenter la distinction entre langue et parole comme une opposition entre, d’un côté, l’essentiel (le code, système autonome partagé par tous les sujets parlants), et de l’autre, l’accessoire, plus ou moins accidentel (l’utilisation du code par des sujets parlants dans des situations particulières). En fait, de Saussure conçoit les deux notions comme interdépendantes. Au plan théorique, c’est effectivement la langue qui est première. Mais au plan historique selon de
5
Saussure, le fait de parole précède toujours le fait de langue. Pour lui, la langue résulte d’une sorte de cristallisation sociale: selon lui, la pratique du circuit de la parole déposerait dans le cerveau de tous les sujets des empreintes à peu près identiques, constituées par l’association de concepts et d’images acoustiques. En plus, le langage porte sur la faculté inhérente et universelle de l’humain de construire des langues (des codes) pour communiquer. Le langage réfère à des facultés psychologique, permettant de communiquer à l‟‟aide d‟un système de communication quelconque. Le langage est inné. Pour la langue, c‟est le système de communication conventionnel particulier. Par „système‟, il faut comprendre que ce n’est pas seulement une collection d’éléments mais bien un ensemble structuré, composé d’éléments et de règles permettant de décrire un comportement régulier, donc, la langue est acquise. Le langage et la langue s’opposent donc par le fait que l’un (la langue) est la manifestation d’une faculté propre à l’humain (le langage). Ainsi, l‟un est homogène tandis que l‟autre est hétérogène. La paroleest l‟une des deux composantes du langage qui consiste en l’utilisation de la langue. La parole est en fait l‟aboutissement de la langue et du langage, et constitue ce qui est produit lorsque l’on communique avec nos pairs. Selon Saussure, la langue est le résultat d‟une convention sociale transmise par la société à l’individu et sur laquelle ce dernier n’a qu’un rôle accessoire. Par opposition, la parole est l’utilisation personnelle de la langue (toutes les variantes personnelles possibles: style, rythme, syntaxe, prononciation, etc.), selon des conventions nécessaires adoptées par le groupe social.
6
0.2 Fonction du langage Roman Jakobson a relevé six fonctions du langage déterminées par six facteurs à savoir ;
1- La fonction référentielle (cognitive pour Buhler) : l‟énoncé dit le monde et accomplit une <<visée le référent >> (214) ;
2- La fonction expressive ou émotive : elle << vise a une expression directe de l‟attitude du sujet a l‟égard de ce dont il parle >> (214) ;
3- La fonction phatique : l‟énoncé dit le contact entre le locuteur et l‟interlocuteur, il s‟agit d‟un message qui sert << essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communication, àvérifier si le circuit fonctionne […], à attirer l‟attention de l‟interlocuteur ou à s‟assurer qu‟elle ne se relâche pas >> (217) ;
4- La fonction métalinguistique : l‟énoncé donne des renseignements sur la façon dont il est produit, sur le code dans lequel il est produit. << Chaque fois que le destinataire et/ou le destinateur jugent nécessaire de vérifier s‟ils utilisent bien le code, le discours est centré sur le code : il remplit une fonction métalinguistique (ou de glose) >> (217-218).
Jakobson précise qu‟un message ne relève pas d‟une seule fonction, mais de plusieurs, avec une dominante : il y a une hiérarchie des fonctions dans les énoncés produits.
A part les fonctions du langage identifiées par Roman Jakobson, fonctions retenues ci-dessus,Ilah souligne déjà cette fonction de langue.Il fait la distinction entre la langue et la parole. Selon lui « la parole; manifestation individuelle de la langue, usage que fait l‟individu de la langue (la langue restant commune à la société), caractérise la personnalité, l‟originalité de l‟individu. C‟est le fondement même du style » (1). Le changement de la
7
langue relève d’un individu mais son acception relève de la communauté. Nous sommes le plus concernés dela structure phrastique dans notre étude, c‟est pourquoi il y a des remarques très importantes à prendre en considération. Dans la phrase tronquée du sujet comme le suivant « suis p‟tit nègre » (1) d‟Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma, nous remarquons, par exemple, que le pronom personnel „Je’ est complètement omit. Mais en lisant la phrase, le lecteur aurait la difficulté à cerner le message. Au cours de notre recherche, nous allons illustrer beaucoup de phrases de natures diverses dans Allah n’est pas obligé. Nous allons aussi analyser les phrases dites “incorrectes” pour voir où il doit y avoir des ajouts, des omissions. Kouroumainsert plus de deux langues dans son écrit, c‟est-à-dire, la langue française, l‟arabe et le Malinké. Dans notre étude, nous allons essayer d‟analyser les typologies des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé, c‟est-à-dire de préciser en quoi consistent les structures phrastiques chezKourouma dans ce roman. A cet effet, tentons la définition des mots „structure‟ et „phrase‟. 0.3 La structure et la phrase : Tentative d’explication
Selon le dictionnaire Grand Larousse de la langue française, « la structure est l‟ensemble constituant une unité organisée; les éléments sont dans une étroite dépendance réciproque qui ne peut pas être appréhendés isolement » (2341). En effet, chacun des éléments tenant ses propriétés et sa relation avec les autres. De même la langue est un système de règles qui régissent les relations existant entre les éléments d‟un ensemble de données linguistiques. La structure c‟est l‟agencement interne des unités qui forment un système linguistique. Selon Hjelmslev la structure c‟est « Décrire le langage comme étant
8
essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou en un mot, une “structure” » (129). Selon Saussure, la langue est « un système dont toutes les parties peuvent et doivent être considérées dans leurs solidarités synchroniques »(124). La langue est un système qui ne connait que son ordre propre. On ne peut pas déterminer la place d‟un mot dans un système qu‟après avoir étudié la structure de ce système. D‟après Meillet une langue constitue « un système complexe de moyen d‟expression, système où tout se tient» (16.) Alors, la structure est l‟organisation syntaxique de la phrase telle qu‟elle se présente dans le discours. Donc, la phrase est une structure d‟éléments transmettant un message analysable. La phrase représente la structure d‟une langue. Dans ce contexte, toutes les langues comportent des phrases, et ces phrases comportent des énoncés accompagnés dans la parole d‟une intonation dont les constituants assument une fonction dont la fin est d‟exprimer quelque chose. D‟après Dubois, cité par Emmanuel, « la phrase est une unité du rang supérieur issue de la juxtaposition de plusieurs syntagmes des catégories différentes selon des combinaisons possibles. C’est-à-dire la phrase est les combinaisons de syntagmes nominaux et de syntagmes prédicats. Ce sont des combinaisons possibles qu‟on peut construire » (114).
En plus, la phrase Tout assemblage linguistique d’unités qui fait sens (mots et morphèmes grammaticaux) et que l’émetteur et le récepteur considèrent comme un énoncé complet; unité minimale de communication. Il existe deux types de phrases : une phrase simple qui comporte un seul „membre‟ organisé autour d‟un verbe à un mode personnel ou à l‟infinitif. D‟après Grand Larousse de Langue Française une phrase est dite complexe
9
lorsqu‟elle comporte plusieurs membres appelés propositions qui sont soit juxtaposées, soit coordonnées, soit subordonnées et qui dépendent forcément d‟une proposition principale. 0.4 Inventaire du sujet à élaborer Dans cette étude, nous étudierons la structure phrastique, et si on parle de la structure d‟une chose, celle-ci est susceptible d‟être augmentée ou reconstituée. Une analyse de structure c‟est une analyse du constituent d‟un objet. En sciences humaines, cette analyse est fondée sur des constituants des énoncés. Alors, une étude de la structure phrastique est une étude du comportementet de la nature des phrases et comment elles sont utilisées. C‟est aussi l‟étude de la particularité et de l‟universalité des jugements concernant le rapport du prédicat au sujet. C‟est encore une étude de la fréquence de phrase dans une oeuvre en étude. Le roman lui-même est considéré comme une population de phrases, des mots et des phonèmes. D‟après Müller « un texte peut se diviser en phrases, en mots, en phonèmes et on peut les compter » (7). On peut analyser et découper les mots, les phrases ; il s‟agit de la structure phrastiques, des mots ou des phonèmes. Alors chacune de ces unités peut être caractérisée par l‟étendue qu‟elle occupe dans la chaîne parlée. Nous nous sommes plus intéressés à la fréquence de types de structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Cette fréquence de phrases est le retour de la valeur d‟un caractère unique de phrases et cela montre l‟usage de langue chez un auteur.
Allah n’est pas obligé commence par une faute de français : « Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n‟est pas obligé d‟être juste dans toutes ses choses ici-bas. Voilà. Je commence à conter mes salades » (Allah 9). Il manque évidemment un « que »entre « décide »et « le titre ». Les constructions paratactiques de ce
10
type sont souvent citées parmi les particularités syntaxiques du français en Afrique noire. Cela peut correspondre à un calque d‟une langue africaine mais, plus généralement, la parataxe est une des caractéristiques syntaxiques de l‟oral. Il s‟agit ici de donner le ton : nous sommes en présence d‟un récit fait à la première personne (je), qui s‟élabore au moment même de l‟énonciation. Le narrateur dans Allah… trouve son titre à l‟instant où il l‟énonce (Je décide le titre…). On peut même dire que cela correspond à un genre littéraire, mais aussi sociologique et ethnologique, le récit de vie («conter ma vie de merde de damné») (Allah 9). Par ailleurs nous allons voir que ce récit est fait par un enfant malinké peu instruit. Donc, dans ce préambule, l‟enfant se jette à l‟eau : « Voilà. Je commence à conter mes salades»…Le titre choisi est intéressant également. Il est d‟ailleurs réduit sur la couverture du roman. En fait, ce n‟est pas un titre de romancier, c‟est un dicton, une sentence stéréotypée qui nous place d‟emblée dans le contexte de l‟Afrique musulmane. La question de langue chez Kourouma attire des commentaires comme celui de Andrew Illah qui dit: « L‟une des caractéristiques d‟Ahmadou Kourouma dans ses efforts scripturaux surtout, dans son premier roman est la rupture de l‟ordre syntaxique régulier a travers l‟usage du procédé d‟inversion » (« L‟inhabituel syntaxe » 91). Illah explique davantage que, Kourouma, au lieu de suivre l‟ordre phrastique normal c‟est-à-dire, S + V + O (sujet + verbe + objet), il le renverse et utilise le langage qui est complètement informel qui ne s‟adopte qu‟ à l‟oral.
11
0.5 Annonce du plan Ce travail est dans ce même chapitre que nous porterons notre regard sur l‟objectif, la justification, la portée, la limite et la limitation de l‟étude. Le deuxième chapitre portera sur l‟état des études sur le sujet. Le troisième chapitre examinera la méthodologie adoptée dans cette étude. Le quatrième et le cinquième chapitres porteront sur l‟identification et l‟analyse des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma.GÉNÉRALE Notre sujet porte sur « Etude des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma ». Pour réaliser ce travail, il nous incombe d‟abord de faire des remarques préliminaires sur la linguistique, le concept du langage, de la langue, de la structure et de la phrase avant d‟analyser les diverses formes des structures phrastiques telles que Kourouma nous les présente dans Allah n’est pas obligé. Considéré comme « le Père » de la linguistique, Ferdinand de Saussure, linguiste Suisse a largement contribué au développement de la linguistique comme champ d‟étude scientifique. Avec ses travaux au début du 20e siècle, Saussure a précisé ce champ d‟étude comme une « science qui a pour objet la langue envisagée en elle-même » (Saussure (123). A partir de cette remarque, on peut postuler que l‟étude d‟une langue est une étude technique et systématique. Tout d‟abord, la langue est considérée comme objet d‟analyse scientifique, hors de tout contexte social (même si elle est un phénomène social) qui apporte souvent des jugements de valeur, comme le démontre la citation suivante de Martinet : « Une étude est dite scientifique lorsqu‟elle se fonde sur l‟observation des faits et s‟abstient de proposer un choix parmi ces faits au nom de certains principes esthétiques ou moraux » (6).
Martinet opine aussi que la linguistique est l‟étude scientifique du langage humain. C‟est à partir de cette définition de Martinet, au début du 20e siècle, que la linguistique s‟est établie comme une discipline scientifique et qu‟elle a commencé à se démarquer d‟autres disciplines. D‟après Le dictionnaire linguistique Larousse, « La linguistique est
2
une science historique qui a pour objet la connaissance des civilisations passées par les documents écrits qu‟elles nous ont laissés » (1239). A cet effet, la linguistique se veut donc un outil de description scientifique neutre qui ne tient pas compte des valeurs personnelles associées à la perception d‟une langue ou d‟une population. Ferdinand de Saussure a proposé des distinctions terminologiques, celles de langue, de langage et de parole. Il dit qu‟elles sont révélées particulières. Parmi les distinctions terminologiques proposées par Ferdinand de Saussure au début du siècle dernier, celles de langue, du langage et de parole se sont révélées particulièrement pertinentes et elles sont toujours utilisées de nos jours. Dans cette étude, nous voulons étudier les structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Nous procéderons par jeter de la lumière sur les notions-clé. 0.1 Définition du langage, de la langue et de la parole Le langage est un atout disponible chez chaque individu né normal. Ferdinand de Saussure fait la distinction entre les concepts de la langue et du langage. Ce linguiste oppose au langage, la langue qui est une composante sociale du langage. Imposant aux individus de conventions nécessaires à l‟exercice de la parole qui est la manifestation individuelle et volontaire de la langue.
Le langage, selon Ferdinand de Saussure, est la capacité spécifique à l‟espèce humaine de communiquer au moyen d‟un système de signes vocaux qu‟il appelle la langue. Ainsi pour Saussure, l’objet de la linguistique ne saurait être le « langage ». Pris comme un tout, le langage constitue une réalité à la fois physique, physiologique et psychique, qui intéresse diverses disciplines comme, par exemple, la physiologie, la psychologie, l’anthropologie, ou la philologie.
3
SelonMicrosoft Encarta DVD: Language is the principal means used by human beings to communicate with one another. Language is primarily spoken, although it can be transferred to other media, such as writing. If the spoken means of communication is unavailable, as may be the case among the deaf, visual means such as sign language can be used. A prominent characteristic of language is that the relation between a linguistic sign and its meaning is arbitrary (2). Le langage est inné. Pour que la langue existe, on se sert du langage. La langue est alors sociale et habituelle tandis que le langage est individuel. Le langage humain est un véhicule essentiel de la culture, ce qui fait que le langage devient multidimensionnel rassemblant plusieurs domaines de la vie humaine. Le langage est un phénomène assez extraordinaire. D‟après La Grande Encyclopédie le langage est caractérisé « comme le pouvoir de trouver à un objet sa représentation en signe » (6935). Cela veut dire qu‟on n‟utilise pas le langage pour rien, il existe toujours une représentation de quelque chose. Selon Freud cité dans La Grande Encyclopédie, le langage et la pensée sont bien distincts, car le langage est l‟expression de la pensée. Pour l‟homme, le langage est l‟instrument d‟opération, tandis que la pensée est le matériel d‟opération. Dans ce cas, nous pouvons dire que le langage est non seulement l‟expression de la pensée mais aussi l‟expression de toute la personnalité de l‟homme. Voilà pourquoi nous avons plusieurs professions avec divers registres qui viennent exprimer des idées pour que l‟homme comprenne bien le message envoyé. Le langage est un instrument riche, souple, efficace que l‟homme a le pouvoir d‟utiliser, c’est-à-dire que l‟homme est libre d‟utiliser le langage à son gré.
Dans ce contexte, la capacité de l‟individu à utiliser le langage est indiquée par la désignation de la parole, c’est-à-dire l‟activité qui consiste à employer une langue dans une
4
situation effective donnée. C‟est une activité qui consiste à parler et à écrire, En fait, le langage désigne le produit d‟un acte de parole, c’est-à-dire le discours. Donc, le discours oral ou écrit d‟un individu peut être étudié. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. Alors, la compétence linguistique est le savoir-faire de la langue. La compétence langagière est donc l‟emploi de la langue qu‟on parle. C‟est une expression appliquée au locuteur natif dans la théorie générative. Elle est en même temps le savoir intuitif du locuteur natif. Martinet pense que « l‟homme emploie sa langue pour analyser ce qu‟il sent dans la société » (7). En effet, l‟homme s‟exprime à travers la langue et se fait comprendre dans la „société‟ en utilisant la langue. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. C‟est d‟abord la langue dans sa pratique individuelle extrapolée au style. Le style c‟est l‟homme, on ne peut pas séparer l‟homme de son style. C‟est la personne psychologique et biologique d‟un auteur ou d‟un scripteur. En effet, la performance révèle toutes les choses voilées dans le texte d‟un auteur. La performance d‟un auteur est son écart par rapport à la norme et cet écart peut être positif ou négatif. C‟est toujours la performance d‟un auteur qu‟on peut soumettre à l‟analyse. On a coutume de présenter la distinction entre langue et parole comme une opposition entre, d’un côté, l’essentiel (le code, système autonome partagé par tous les sujets parlants), et de l’autre, l’accessoire, plus ou moins accidentel (l’utilisation du code par des sujets parlants dans des situations particulières). En fait, de Saussure conçoit les deux notions comme interdépendantes. Au plan théorique, c’est effectivement la langue qui est première. Mais au plan historique selon de
5
Saussure, le fait de parole précède toujours le fait de langue. Pour lui, la langue résulte d’une sorte de cristallisation sociale: selon lui, la pratique du circuit de la parole déposerait dans le cerveau de tous les sujets des empreintes à peu près identiques, constituées par l’association de concepts et d’images acoustiques. En plus, le langage porte sur la faculté inhérente et universelle de l’humain de construire des langues (des codes) pour communiquer. Le langage réfère à des facultés psychologique, permettant de communiquer à l‟‟aide d‟un système de communication quelconque. Le langage est inné. Pour la langue, c‟est le système de communication conventionnel particulier. Par „système‟, il faut comprendre que ce n’est pas seulement une collection d’éléments mais bien un ensemble structuré, composé d’éléments et de règles permettant de décrire un comportement régulier, donc, la langue est acquise. Le langage et la langue s’opposent donc par le fait que l’un (la langue) est la manifestation d’une faculté propre à l’humain (le langage). Ainsi, l‟un est homogène tandis que l‟autre est hétérogène. La paroleest l‟une des deux composantes du langage qui consiste en l’utilisation de la langue. La parole est en fait l‟aboutissement de la langue et du langage, et constitue ce qui est produit lorsque l’on communique avec nos pairs. Selon Saussure, la langue est le résultat d‟une convention sociale transmise par la société à l’individu et sur laquelle ce dernier n’a qu’un rôle accessoire. Par opposition, la parole est l’utilisation personnelle de la langue (toutes les variantes personnelles possibles: style, rythme, syntaxe, prononciation, etc.), selon des conventions nécessaires adoptées par le groupe social.
6
0.2 Fonction du langage Roman Jakobson a relevé six fonctions du langage déterminées par six facteurs à savoir ;
1- La fonction référentielle (cognitive pour Buhler) : l‟énoncé dit le monde et accomplit une <<visée le référent >> (214) ;
2- La fonction expressive ou émotive : elle << vise a une expression directe de l‟attitude du sujet a l‟égard de ce dont il parle >> (214) ;
3- La fonction phatique : l‟énoncé dit le contact entre le locuteur et l‟interlocuteur, il s‟agit d‟un message qui sert << essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communication, àvérifier si le circuit fonctionne […], à attirer l‟attention de l‟interlocuteur ou à s‟assurer qu‟elle ne se relâche pas >> (217) ;
4- La fonction métalinguistique : l‟énoncé donne des renseignements sur la façon dont il est produit, sur le code dans lequel il est produit. << Chaque fois que le destinataire et/ou le destinateur jugent nécessaire de vérifier s‟ils utilisent bien le code, le discours est centré sur le code : il remplit une fonction métalinguistique (ou de glose) >> (217-218).
Jakobson précise qu‟un message ne relève pas d‟une seule fonction, mais de plusieurs, avec une dominante : il y a une hiérarchie des fonctions dans les énoncés produits.
A part les fonctions du langage identifiées par Roman Jakobson, fonctions retenues ci-dessus,Ilah souligne déjà cette fonction de langue.Il fait la distinction entre la langue et la parole. Selon lui « la parole; manifestation individuelle de la langue, usage que fait l‟individu de la langue (la langue restant commune à la société), caractérise la personnalité, l‟originalité de l‟individu. C‟est le fondement même du style » (1). Le changement de la
7
langue relève d’un individu mais son acception relève de la communauté. Nous sommes le plus concernés dela structure phrastique dans notre étude, c‟est pourquoi il y a des remarques très importantes à prendre en considération. Dans la phrase tronquée du sujet comme le suivant « suis p‟tit nègre » (1) d‟Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma, nous remarquons, par exemple, que le pronom personnel „Je’ est complètement omit. Mais en lisant la phrase, le lecteur aurait la difficulté à cerner le message. Au cours de notre recherche, nous allons illustrer beaucoup de phrases de natures diverses dans Allah n’est pas obligé. Nous allons aussi analyser les phrases dites “incorrectes” pour voir où il doit y avoir des ajouts, des omissions. Kouroumainsert plus de deux langues dans son écrit, c‟est-à-dire, la langue française, l‟arabe et le Malinké. Dans notre étude, nous allons essayer d‟analyser les typologies des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé, c‟est-à-dire de préciser en quoi consistent les structures phrastiques chezKourouma dans ce roman. A cet effet, tentons la définition des mots „structure‟ et „phrase‟. 0.3 La structure et la phrase : Tentative d’explication
Selon le dictionnaire Grand Larousse de la langue française, « la structure est l‟ensemble constituant une unité organisée; les éléments sont dans une étroite dépendance réciproque qui ne peut pas être appréhendés isolement » (2341). En effet, chacun des éléments tenant ses propriétés et sa relation avec les autres. De même la langue est un système de règles qui régissent les relations existant entre les éléments d‟un ensemble de données linguistiques. La structure c‟est l‟agencement interne des unités qui forment un système linguistique. Selon Hjelmslev la structure c‟est « Décrire le langage comme étant
8
essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou en un mot, une “structure” » (129). Selon Saussure, la langue est « un système dont toutes les parties peuvent et doivent être considérées dans leurs solidarités synchroniques »(124). La langue est un système qui ne connait que son ordre propre. On ne peut pas déterminer la place d‟un mot dans un système qu‟après avoir étudié la structure de ce système. D‟après Meillet une langue constitue « un système complexe de moyen d‟expression, système où tout se tient» (16.) Alors, la structure est l‟organisation syntaxique de la phrase telle qu‟elle se présente dans le discours. Donc, la phrase est une structure d‟éléments transmettant un message analysable. La phrase représente la structure d‟une langue. Dans ce contexte, toutes les langues comportent des phrases, et ces phrases comportent des énoncés accompagnés dans la parole d‟une intonation dont les constituants assument une fonction dont la fin est d‟exprimer quelque chose. D‟après Dubois, cité par Emmanuel, « la phrase est une unité du rang supérieur issue de la juxtaposition de plusieurs syntagmes des catégories différentes selon des combinaisons possibles. C’est-à-dire la phrase est les combinaisons de syntagmes nominaux et de syntagmes prédicats. Ce sont des combinaisons possibles qu‟on peut construire » (114).
En plus, la phrase Tout assemblage linguistique d’unités qui fait sens (mots et morphèmes grammaticaux) et que l’émetteur et le récepteur considèrent comme un énoncé complet; unité minimale de communication. Il existe deux types de phrases : une phrase simple qui comporte un seul „membre‟ organisé autour d‟un verbe à un mode personnel ou à l‟infinitif. D‟après Grand Larousse de Langue Française une phrase est dite complexe
9
lorsqu‟elle comporte plusieurs membres appelés propositions qui sont soit juxtaposées, soit coordonnées, soit subordonnées et qui dépendent forcément d‟une proposition principale. 0.4 Inventaire du sujet à élaborer Dans cette étude, nous étudierons la structure phrastique, et si on parle de la structure d‟une chose, celle-ci est susceptible d‟être augmentée ou reconstituée. Une analyse de structure c‟est une analyse du constituent d‟un objet. En sciences humaines, cette analyse est fondée sur des constituants des énoncés. Alors, une étude de la structure phrastique est une étude du comportementet de la nature des phrases et comment elles sont utilisées. C‟est aussi l‟étude de la particularité et de l‟universalité des jugements concernant le rapport du prédicat au sujet. C‟est encore une étude de la fréquence de phrase dans une oeuvre en étude. Le roman lui-même est considéré comme une population de phrases, des mots et des phonèmes. D‟après Müller « un texte peut se diviser en phrases, en mots, en phonèmes et on peut les compter » (7). On peut analyser et découper les mots, les phrases ; il s‟agit de la structure phrastiques, des mots ou des phonèmes. Alors chacune de ces unités peut être caractérisée par l‟étendue qu‟elle occupe dans la chaîne parlée. Nous nous sommes plus intéressés à la fréquence de types de structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Cette fréquence de phrases est le retour de la valeur d‟un caractère unique de phrases et cela montre l‟usage de langue chez un auteur.
Allah n’est pas obligé commence par une faute de français : « Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n‟est pas obligé d‟être juste dans toutes ses choses ici-bas. Voilà. Je commence à conter mes salades » (Allah 9). Il manque évidemment un « que »entre « décide »et « le titre ». Les constructions paratactiques de ce
10
type sont souvent citées parmi les particularités syntaxiques du français en Afrique noire. Cela peut correspondre à un calque d‟une langue africaine mais, plus généralement, la parataxe est une des caractéristiques syntaxiques de l‟oral. Il s‟agit ici de donner le ton : nous sommes en présence d‟un récit fait à la première personne (je), qui s‟élabore au moment même de l‟énonciation. Le narrateur dans Allah… trouve son titre à l‟instant où il l‟énonce (Je décide le titre…). On peut même dire que cela correspond à un genre littéraire, mais aussi sociologique et ethnologique, le récit de vie («conter ma vie de merde de damné») (Allah 9). Par ailleurs nous allons voir que ce récit est fait par un enfant malinké peu instruit. Donc, dans ce préambule, l‟enfant se jette à l‟eau : « Voilà. Je commence à conter mes salades»…Le titre choisi est intéressant également. Il est d‟ailleurs réduit sur la couverture du roman. En fait, ce n‟est pas un titre de romancier, c‟est un dicton, une sentence stéréotypée qui nous place d‟emblée dans le contexte de l‟Afrique musulmane. La question de langue chez Kourouma attire des commentaires comme celui de Andrew Illah qui dit: « L‟une des caractéristiques d‟Ahmadou Kourouma dans ses efforts scripturaux surtout, dans son premier roman est la rupture de l‟ordre syntaxique régulier a travers l‟usage du procédé d‟inversion » (« L‟inhabituel syntaxe » 91). Illah explique davantage que, Kourouma, au lieu de suivre l‟ordre phrastique normal c‟est-à-dire, S + V + O (sujet + verbe + objet), il le renverse et utilise le langage qui est complètement informel qui ne s‟adopte qu‟ à l‟oral.
11
0.5 Annonce du plan Ce travail est dans ce même chapitre que nous porterons notre regard sur l‟objectif, la justification, la portée, la limite et la limitation de l‟étude. Le deuxième chapitre portera sur l‟état des études sur le sujet. Le troisième chapitre examinera la méthodologie adoptée dans cette étude. Le quatrième et le cinquième chapitres porteront sur l‟identification et l‟analyse des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma.GÉNÉRALE Notre sujet porte sur « Etude des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma ». Pour réaliser ce travail, il nous incombe d‟abord de faire des remarques préliminaires sur la linguistique, le concept du langage, de la langue, de la structure et de la phrase avant d‟analyser les diverses formes des structures phrastiques telles que Kourouma nous les présente dans Allah n’est pas obligé. Considéré comme « le Père » de la linguistique, Ferdinand de Saussure, linguiste Suisse a largement contribué au développement de la linguistique comme champ d‟étude scientifique. Avec ses travaux au début du 20e siècle, Saussure a précisé ce champ d‟étude comme une « science qui a pour objet la langue envisagée en elle-même » (Saussure (123). A partir de cette remarque, on peut postuler que l‟étude d‟une langue est une étude technique et systématique. Tout d‟abord, la langue est considérée comme objet d‟analyse scientifique, hors de tout contexte social (même si elle est un phénomène social) qui apporte souvent des jugements de valeur, comme le démontre la citation suivante de Martinet : « Une étude est dite scientifique lorsqu‟elle se fonde sur l‟observation des faits et s‟abstient de proposer un choix parmi ces faits au nom de certains principes esthétiques ou moraux » (6).
Martinet opine aussi que la linguistique est l‟étude scientifique du langage humain. C‟est à partir de cette définition de Martinet, au début du 20e siècle, que la linguistique s‟est établie comme une discipline scientifique et qu‟elle a commencé à se démarquer d‟autres disciplines. D‟après Le dictionnaire linguistique Larousse, « La linguistique est
2
une science historique qui a pour objet la connaissance des civilisations passées par les documents écrits qu‟elles nous ont laissés » (1239). A cet effet, la linguistique se veut donc un outil de description scientifique neutre qui ne tient pas compte des valeurs personnelles associées à la perception d‟une langue ou d‟une population. Ferdinand de Saussure a proposé des distinctions terminologiques, celles de langue, de langage et de parole. Il dit qu‟elles sont révélées particulières. Parmi les distinctions terminologiques proposées par Ferdinand de Saussure au début du siècle dernier, celles de langue, du langage et de parole se sont révélées particulièrement pertinentes et elles sont toujours utilisées de nos jours. Dans cette étude, nous voulons étudier les structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Nous procéderons par jeter de la lumière sur les notions-clé. 0.1 Définition du langage, de la langue et de la parole Le langage est un atout disponible chez chaque individu né normal. Ferdinand de Saussure fait la distinction entre les concepts de la langue et du langage. Ce linguiste oppose au langage, la langue qui est une composante sociale du langage. Imposant aux individus de conventions nécessaires à l‟exercice de la parole qui est la manifestation individuelle et volontaire de la langue.
Le langage, selon Ferdinand de Saussure, est la capacité spécifique à l‟espèce humaine de communiquer au moyen d‟un système de signes vocaux qu‟il appelle la langue. Ainsi pour Saussure, l’objet de la linguistique ne saurait être le « langage ». Pris comme un tout, le langage constitue une réalité à la fois physique, physiologique et psychique, qui intéresse diverses disciplines comme, par exemple, la physiologie, la psychologie, l’anthropologie, ou la philologie.
3
SelonMicrosoft Encarta DVD: Language is the principal means used by human beings to communicate with one another. Language is primarily spoken, although it can be transferred to other media, such as writing. If the spoken means of communication is unavailable, as may be the case among the deaf, visual means such as sign language can be used. A prominent characteristic of language is that the relation between a linguistic sign and its meaning is arbitrary (2). Le langage est inné. Pour que la langue existe, on se sert du langage. La langue est alors sociale et habituelle tandis que le langage est individuel. Le langage humain est un véhicule essentiel de la culture, ce qui fait que le langage devient multidimensionnel rassemblant plusieurs domaines de la vie humaine. Le langage est un phénomène assez extraordinaire. D‟après La Grande Encyclopédie le langage est caractérisé « comme le pouvoir de trouver à un objet sa représentation en signe » (6935). Cela veut dire qu‟on n‟utilise pas le langage pour rien, il existe toujours une représentation de quelque chose. Selon Freud cité dans La Grande Encyclopédie, le langage et la pensée sont bien distincts, car le langage est l‟expression de la pensée. Pour l‟homme, le langage est l‟instrument d‟opération, tandis que la pensée est le matériel d‟opération. Dans ce cas, nous pouvons dire que le langage est non seulement l‟expression de la pensée mais aussi l‟expression de toute la personnalité de l‟homme. Voilà pourquoi nous avons plusieurs professions avec divers registres qui viennent exprimer des idées pour que l‟homme comprenne bien le message envoyé. Le langage est un instrument riche, souple, efficace que l‟homme a le pouvoir d‟utiliser, c’est-à-dire que l‟homme est libre d‟utiliser le langage à son gré.
Dans ce contexte, la capacité de l‟individu à utiliser le langage est indiquée par la désignation de la parole, c’est-à-dire l‟activité qui consiste à employer une langue dans une
4
situation effective donnée. C‟est une activité qui consiste à parler et à écrire, En fait, le langage désigne le produit d‟un acte de parole, c’est-à-dire le discours. Donc, le discours oral ou écrit d‟un individu peut être étudié. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. Alors, la compétence linguistique est le savoir-faire de la langue. La compétence langagière est donc l‟emploi de la langue qu‟on parle. C‟est une expression appliquée au locuteur natif dans la théorie générative. Elle est en même temps le savoir intuitif du locuteur natif. Martinet pense que « l‟homme emploie sa langue pour analyser ce qu‟il sent dans la société » (7). En effet, l‟homme s‟exprime à travers la langue et se fait comprendre dans la „société‟ en utilisant la langue. Toute écriture littéraire est un discours de l‟auteur, discours qui est analysable. C‟est d‟abord la langue dans sa pratique individuelle extrapolée au style. Le style c‟est l‟homme, on ne peut pas séparer l‟homme de son style. C‟est la personne psychologique et biologique d‟un auteur ou d‟un scripteur. En effet, la performance révèle toutes les choses voilées dans le texte d‟un auteur. La performance d‟un auteur est son écart par rapport à la norme et cet écart peut être positif ou négatif. C‟est toujours la performance d‟un auteur qu‟on peut soumettre à l‟analyse. On a coutume de présenter la distinction entre langue et parole comme une opposition entre, d’un côté, l’essentiel (le code, système autonome partagé par tous les sujets parlants), et de l’autre, l’accessoire, plus ou moins accidentel (l’utilisation du code par des sujets parlants dans des situations particulières). En fait, de Saussure conçoit les deux notions comme interdépendantes. Au plan théorique, c’est effectivement la langue qui est première. Mais au plan historique selon de
5
Saussure, le fait de parole précède toujours le fait de langue. Pour lui, la langue résulte d’une sorte de cristallisation sociale: selon lui, la pratique du circuit de la parole déposerait dans le cerveau de tous les sujets des empreintes à peu près identiques, constituées par l’association de concepts et d’images acoustiques. En plus, le langage porte sur la faculté inhérente et universelle de l’humain de construire des langues (des codes) pour communiquer. Le langage réfère à des facultés psychologique, permettant de communiquer à l‟‟aide d‟un système de communication quelconque. Le langage est inné. Pour la langue, c‟est le système de communication conventionnel particulier. Par „système‟, il faut comprendre que ce n’est pas seulement une collection d’éléments mais bien un ensemble structuré, composé d’éléments et de règles permettant de décrire un comportement régulier, donc, la langue est acquise. Le langage et la langue s’opposent donc par le fait que l’un (la langue) est la manifestation d’une faculté propre à l’humain (le langage). Ainsi, l‟un est homogène tandis que l‟autre est hétérogène. La paroleest l‟une des deux composantes du langage qui consiste en l’utilisation de la langue. La parole est en fait l‟aboutissement de la langue et du langage, et constitue ce qui est produit lorsque l’on communique avec nos pairs. Selon Saussure, la langue est le résultat d‟une convention sociale transmise par la société à l’individu et sur laquelle ce dernier n’a qu’un rôle accessoire. Par opposition, la parole est l’utilisation personnelle de la langue (toutes les variantes personnelles possibles: style, rythme, syntaxe, prononciation, etc.), selon des conventions nécessaires adoptées par le groupe social.
6
0.2 Fonction du langage Roman Jakobson a relevé six fonctions du langage déterminées par six facteurs à savoir ;
1- La fonction référentielle (cognitive pour Buhler) : l‟énoncé dit le monde et accomplit une <<visée le référent >> (214) ;
2- La fonction expressive ou émotive : elle << vise a une expression directe de l‟attitude du sujet a l‟égard de ce dont il parle >> (214) ;
3- La fonction phatique : l‟énoncé dit le contact entre le locuteur et l‟interlocuteur, il s‟agit d‟un message qui sert << essentiellement à établir, prolonger ou interrompre la communication, àvérifier si le circuit fonctionne […], à attirer l‟attention de l‟interlocuteur ou à s‟assurer qu‟elle ne se relâche pas >> (217) ;
4- La fonction métalinguistique : l‟énoncé donne des renseignements sur la façon dont il est produit, sur le code dans lequel il est produit. << Chaque fois que le destinataire et/ou le destinateur jugent nécessaire de vérifier s‟ils utilisent bien le code, le discours est centré sur le code : il remplit une fonction métalinguistique (ou de glose) >> (217-218).
Jakobson précise qu‟un message ne relève pas d‟une seule fonction, mais de plusieurs, avec une dominante : il y a une hiérarchie des fonctions dans les énoncés produits.
A part les fonctions du langage identifiées par Roman Jakobson, fonctions retenues ci-dessus,Ilah souligne déjà cette fonction de langue.Il fait la distinction entre la langue et la parole. Selon lui « la parole; manifestation individuelle de la langue, usage que fait l‟individu de la langue (la langue restant commune à la société), caractérise la personnalité, l‟originalité de l‟individu. C‟est le fondement même du style » (1). Le changement de la
7
langue relève d’un individu mais son acception relève de la communauté. Nous sommes le plus concernés dela structure phrastique dans notre étude, c‟est pourquoi il y a des remarques très importantes à prendre en considération. Dans la phrase tronquée du sujet comme le suivant « suis p‟tit nègre » (1) d‟Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma, nous remarquons, par exemple, que le pronom personnel „Je’ est complètement omit. Mais en lisant la phrase, le lecteur aurait la difficulté à cerner le message. Au cours de notre recherche, nous allons illustrer beaucoup de phrases de natures diverses dans Allah n’est pas obligé. Nous allons aussi analyser les phrases dites “incorrectes” pour voir où il doit y avoir des ajouts, des omissions. Kouroumainsert plus de deux langues dans son écrit, c‟est-à-dire, la langue française, l‟arabe et le Malinké. Dans notre étude, nous allons essayer d‟analyser les typologies des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé, c‟est-à-dire de préciser en quoi consistent les structures phrastiques chezKourouma dans ce roman. A cet effet, tentons la définition des mots „structure‟ et „phrase‟. 0.3 La structure et la phrase : Tentative d’explication
Selon le dictionnaire Grand Larousse de la langue française, « la structure est l‟ensemble constituant une unité organisée; les éléments sont dans une étroite dépendance réciproque qui ne peut pas être appréhendés isolement » (2341). En effet, chacun des éléments tenant ses propriétés et sa relation avec les autres. De même la langue est un système de règles qui régissent les relations existant entre les éléments d‟un ensemble de données linguistiques. La structure c‟est l‟agencement interne des unités qui forment un système linguistique. Selon Hjelmslev la structure c‟est « Décrire le langage comme étant
8
essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou en un mot, une “structure” » (129). Selon Saussure, la langue est « un système dont toutes les parties peuvent et doivent être considérées dans leurs solidarités synchroniques »(124). La langue est un système qui ne connait que son ordre propre. On ne peut pas déterminer la place d‟un mot dans un système qu‟après avoir étudié la structure de ce système. D‟après Meillet une langue constitue « un système complexe de moyen d‟expression, système où tout se tient» (16.) Alors, la structure est l‟organisation syntaxique de la phrase telle qu‟elle se présente dans le discours. Donc, la phrase est une structure d‟éléments transmettant un message analysable. La phrase représente la structure d‟une langue. Dans ce contexte, toutes les langues comportent des phrases, et ces phrases comportent des énoncés accompagnés dans la parole d‟une intonation dont les constituants assument une fonction dont la fin est d‟exprimer quelque chose. D‟après Dubois, cité par Emmanuel, « la phrase est une unité du rang supérieur issue de la juxtaposition de plusieurs syntagmes des catégories différentes selon des combinaisons possibles. C’est-à-dire la phrase est les combinaisons de syntagmes nominaux et de syntagmes prédicats. Ce sont des combinaisons possibles qu‟on peut construire » (114).
En plus, la phrase Tout assemblage linguistique d’unités qui fait sens (mots et morphèmes grammaticaux) et que l’émetteur et le récepteur considèrent comme un énoncé complet; unité minimale de communication. Il existe deux types de phrases : une phrase simple qui comporte un seul „membre‟ organisé autour d‟un verbe à un mode personnel ou à l‟infinitif. D‟après Grand Larousse de Langue Française une phrase est dite complexe
9
lorsqu‟elle comporte plusieurs membres appelés propositions qui sont soit juxtaposées, soit coordonnées, soit subordonnées et qui dépendent forcément d‟une proposition principale. 0.4 Inventaire du sujet à élaborer Dans cette étude, nous étudierons la structure phrastique, et si on parle de la structure d‟une chose, celle-ci est susceptible d‟être augmentée ou reconstituée. Une analyse de structure c‟est une analyse du constituent d‟un objet. En sciences humaines, cette analyse est fondée sur des constituants des énoncés. Alors, une étude de la structure phrastique est une étude du comportementet de la nature des phrases et comment elles sont utilisées. C‟est aussi l‟étude de la particularité et de l‟universalité des jugements concernant le rapport du prédicat au sujet. C‟est encore une étude de la fréquence de phrase dans une oeuvre en étude. Le roman lui-même est considéré comme une population de phrases, des mots et des phonèmes. D‟après Müller « un texte peut se diviser en phrases, en mots, en phonèmes et on peut les compter » (7). On peut analyser et découper les mots, les phrases ; il s‟agit de la structure phrastiques, des mots ou des phonèmes. Alors chacune de ces unités peut être caractérisée par l‟étendue qu‟elle occupe dans la chaîne parlée. Nous nous sommes plus intéressés à la fréquence de types de structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé. Cette fréquence de phrases est le retour de la valeur d‟un caractère unique de phrases et cela montre l‟usage de langue chez un auteur.
Allah n’est pas obligé commence par une faute de français : « Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n‟est pas obligé d‟être juste dans toutes ses choses ici-bas. Voilà. Je commence à conter mes salades » (Allah 9). Il manque évidemment un « que »entre « décide »et « le titre ». Les constructions paratactiques de ce
10
type sont souvent citées parmi les particularités syntaxiques du français en Afrique noire. Cela peut correspondre à un calque d‟une langue africaine mais, plus généralement, la parataxe est une des caractéristiques syntaxiques de l‟oral. Il s‟agit ici de donner le ton : nous sommes en présence d‟un récit fait à la première personne (je), qui s‟élabore au moment même de l‟énonciation. Le narrateur dans Allah… trouve son titre à l‟instant où il l‟énonce (Je décide le titre…). On peut même dire que cela correspond à un genre littéraire, mais aussi sociologique et ethnologique, le récit de vie («conter ma vie de merde de damné») (Allah 9). Par ailleurs nous allons voir que ce récit est fait par un enfant malinké peu instruit. Donc, dans ce préambule, l‟enfant se jette à l‟eau : « Voilà. Je commence à conter mes salades»…Le titre choisi est intéressant également. Il est d‟ailleurs réduit sur la couverture du roman. En fait, ce n‟est pas un titre de romancier, c‟est un dicton, une sentence stéréotypée qui nous place d‟emblée dans le contexte de l‟Afrique musulmane. La question de langue chez Kourouma attire des commentaires comme celui de Andrew Illah qui dit: « L‟une des caractéristiques d‟Ahmadou Kourouma dans ses efforts scripturaux surtout, dans son premier roman est la rupture de l‟ordre syntaxique régulier a travers l‟usage du procédé d‟inversion » (« L‟inhabituel syntaxe » 91). Illah explique davantage que, Kourouma, au lieu de suivre l‟ordre phrastique normal c‟est-à-dire, S + V + O (sujet + verbe + objet), il le renverse et utilise le langage qui est complètement informel qui ne s‟adopte qu‟ à l‟oral.
11
0.5 Annonce du plan Ce travail est dans ce même chapitre que nous porterons notre regard sur l‟objectif, la justification, la portée, la limite et la limitation de l‟étude. Le deuxième chapitre portera sur l‟état des études sur le sujet. Le troisième chapitre examinera la méthodologie adoptée dans cette étude. Le quatrième et le cinquième chapitres porteront sur l‟identification et l‟analyse des structures phrastiques dans Allah n’est pas obligé d‟Ahmadou Kourouma.

GET THE COMPLETE PROJECT»
Do you need help? Talk to us right now: (+234) 08060082010, 08107932631, 08157509410 (Call/WhatsApp). Email: edustoreng@gmail.com