WeCreativez WhatsApp Support
Welcome! My name is Damaris I am online and ready to help you via WhatsApp chat. Let me know if you need my assistance.

Download this complete Project material titled; Étude Du Fonctionnement Syntaxique Des Prépositions En Ron with abstract, chapters 1-5, references, and questionnaire. Preview Abstract or chapter one below

  • Format: PDF and MS Word (DOC)
  • pages = 65

 3,000

ABSTRACT

This study titled ‘The study of the syntaxic functions of prepositions in ron’ is based on the grammar of the ron language. Ron is a minority language, just as other minority languages in Nigeria which is not well known and well documented. For this reason, it needs to be studied. The study focuses on the grammatical roles prepositions play in the ron language using the prepositions of French as a guide.
For better understanding, the work is divided in five chapters. Chapter one examines the research problem, research objectives, justification and the scope and delimitations of the study. Chapter two focuses on the literature review. The few works done on ron language are also discussed. Chapter three examines the methodology of the study. Here, the methods for collection of data and the methods for analyzing the data collected are discussed. Chapter four discuses the prepositions in ron language. The chapter also focuses on the differences and the similaries between French prepositions and preposition in ron language. Chapter five focuses on the conclusion of the study. Here, some recommendations are also given.
It was discovered that prepositions in ron play a variety of roles ranging from; linking words and/or group of words through acting as various complements to the verbs of ron language: complement of manner, complement of time, complement of place, complement of company. Just as prepositions in French, the prepositions in ron are placed before the complements they introduce, except one preposition ‘kwa’ which is placed after the complement. In addition, it was discovered that prepositions in ron are very economical in nature, that is, they are few in number, but one preposition can have different meanings, unlike the French prepositions which though economical, but not as economical as the ones in ron language.

 

TABLE OF CONTENTS

Declaration ………………………………………………………………………………………………………….. ii
Certification ……………………………………………………………………………………………………….. iii
Dedication ………………………………………………………………………………………………………….. iv
Acknowledgement ……………………………………………………………………………………………….. v
Abstract. ……………………………………………………………………………………………………………. vii
Résumé.. …………………………………………………………………………………………………………… viii
Table des matières ………………………………………………………………………………………………. ix
INTRODUCTION GÉNÉRALE …………………………………………………………………………. 1
0.1 Étude comparative …………………………………………………………………………………… 4
0.2 La langue française ………………………………………………………………………………….. 5
0.3 Ron: peuple et langue ………………………………………………………………………………. 8
0.3.1 Le peuple ……………………………………………………………………………………………….. 8
0.3.2 La langue ron ………………………………………………………………………………………….. 9
0.4 Annonce du plan ……………………………………………………………………………………. 11
CHAPITRE UN: ANNONCE DU PROBLÈME ………………………………………………… 13
1.0 Introduction ………………………………………………………………………………………….. 13
1.1 Problème de recherche ……………………………………………………………………………. 13
1.2 Objectifs de la recherche ………………………………………………………………………… 16
1.3 Justification de l’étude ……………………………………………………………………………. 16
1.4 Portée et limite de l’étude ……………………………………………………………………….. 17
1.5 Conclusion ……………………………………………………………………………………………. 17
CHAPITRE DEUX: ÉTAT DU SUJET ……………………………………………………………… 19
2.0 Introduction ………………………………………………………………………………………….. 19
2.1 La langue ……………………………………………………………………………………………… 20
2.2 La syntaxe …………………………………………………………………………………………….. 22
2.3 Les prépositions françaises. …………………………………………………………………….. 24
2.4 Formes des prépositions …………………………………………………………………………. 35
2.4.1 Les prépositions à forme simple ………………………………………………………………. 35
2.4.2 Les prépositions a forme complexes ………………………………………………………… 45
2.5 Travaux effectués sur la langue «ron» ………………………………………………………. 46
x
xi
CHAPITRE TROIS: MÉTHODOLOGIE …………………………………………………………. 49
3.0 Introduction ………………………………………………………………………………………….. 49
3.1 Collecte des données ……………………………………………………………………………… 50
3.1.1 La source primaire …………………………………………………………………………………. 50
3.1.2 La source secondaire ……………………………………………………………………………… 50
3.1.3 Procédures de collectes des données ………………………………………………………… 51
3.2 Cadre théorique ……………………………………………………………………………………… 52
3.2.1 Le structuralisme …………………………………………………………………………………… 52
3.2.2 Le fonctionnalisme ………………………………………………………………………………… 54
3.2.3 Le distributionnalisme ……………………………………………………………………………. 55
3.2.4 Le générativisme ……………………………………………………………………………………. 57
3.3.0 Méthodes d’analyse des données ……………………………………………………………… 60
3.3.1 Méthode descriptive ………………………………………………………………………………. 60
3.3.2 Méthode comparative …………………………………………………………………………….. 60
3.3.3 Méthode contrastive ………………………………………………………………………………. 60
3.4 Conclusion ……………………………………………………………………………………………. 61
CHAPITRE QUATRE: ANALYSE DES DONNÉES COLLECTÉES SUR LA LANGUE RON ……………………………………………………………………………………. 62
4.0 Introduction ………………………………………………………………………………………….. 62
4.1 Les prépositions «ron» ……………………………………………………………………………. 62
4.1.1 Formes des prépositions en «ron» ……………………………………………………………. 63
4.1.3 La préposition ‹‹Kwa›› …………………………………………………………………………… 67
4.2 Les fonctions des prépositions «ron» ……………………………………………………….. 68
4.2.1 La préposition ‹‹Ti›› (avec) …………………………………………………………………….. 68
4.2.2 La préposition ‹‹Hu›› (avec) ……………………………………………………………………. 69
4.2.4 La préposition ‹‹I›› ………………………………………………………………………………… 71
4.2.6 La préposition ‹‹wuii››. …………………………………………………………………………… 75
4.2.7 La préposition ‹‹Takfai››. ……………………………………………………………………….. 75
4.2.8 La préposition ‹‹wei››. ……………………………………………………………………………. 76
4.2.9 La préposition ‹‹saati›› …………………………………………………………………………… 77
4.2.10 La préposition ‹‹fit››. ……………………………………………………………………………… 78
4.2.11 La préposition ‹‹ta›› ……………………………………………………………………………….. 79
4.2.12 La préposition ‹‹Ngas››. …………………………………………………………………………. 82
4.2.13 La préposition ‹‹jaha›› (sous). …………………………………………………………………. 83
4.2.14 La préposition ‹‹tassi›› (dès). …………………………………………………………………… 83
4.2.15 La préposition ‹‹Tasi›› comme ‹‹pendant››. ………………………………………………. 84
xii
4.2.16 La préposition ‹‹tasii›› (depuis). ………………………………………………………………. 85
4.3 Groupe prépositionnel en «ron» ………………………………………………………………. 86
4.3.1 Prep + nom: ………………………………………………………………………………………….. 86
4.3.2 Prép + GN …………………………………………………………………………………………….. 86
4.3.3 Prép + Verb …………………………………………………………………………………………… 87
4.3.4 Prép + Pronom ………………………………………………………………………………………. 87
4.4 L’invariabilité des prépositions «ron» ………………………………………………………. 88
4.4.1 L’invariablité en genre ……………………………………………………………………………. 88
4.4.2 L’invariabilité en nombre ……………………………………………………………………….. 89
4.4.3 L’invariabilité en personne ……………………………………………………………………… 89
4.5 L’inclusion des prépositions «ron» aux verbes. …………………………………………. 90
4.6 Les similarités et les différences des prépositions françaises et celles de «ron» 91
4.6.1 Les similarités ……………………………………………………………………………………….. 91
4.6.2 Les différences ………………………………………………………………………………………. 96
4.7 Conclusion ………………………………………………………………………………………….. 100
CHAPITRE CINQ ………………………………………………………………………………………….. 101
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ………………………………………………….. 101
5.0 Introduction ………………………………………………………………………………………… 101
5.1 Conclusion ………………………………………………………………………………………….. 101
5.2 Recommandations ……………………………………………………………………………….. 103
BIBLIOGRAPHIE ………………………………………………………………………………………….. 105
WEBOGRAPHIE …………………………………………………………………………………………… 109

 

 

CHAPTER ONE

 

1.0 Introduction
Le français est l’une des langues indo-européennes parlées en Europe et dans d’autres parties du monde, alors que le «ron» est l’une des langues autochtonesau Nigéria. L’apprentissage et l’enseignement du français au Nigéria rencontrent beaucoup de problèmes et de difficultés, qui sont dues essentiellement au manque d’intérêt même et tout ce que cela implique à l’égard de la langue; la quasi absence de matériels et de documents pour son enseignement, l’absence d’une politique linguistique favorable au développement des langues outre que celles dites majoritaires. Nous nous rendons compte que la plupart des travaux effectués au niveau des langues se limitent aux langueshausa, yoruba et igbo (les langues majeures) laissant d’autres languesnationales sans aucun effort appréciable déployé envers leur épanouissement. C’est cette attitude plutôt déplorable qui, entre autres, nous motive à entreprendre cette étude.
Ainsi, dans ce chapitre, nous comptons tout d’abord préciser le problème de recherche, ensuite, les objectifs de travail,c’est- à-dire les buts que nous voulons atteindreàla fin de cette étude, puis, la justification du sujet tout en montrant son importance et finalement, la portée et limite de la recherche.
1.1 Problème de recherche
Le «ron» est l’une des langues nationales au Nigéria dont les locuteurs comme d’autres locuteurs d’ailleurs, ont accèsà l’éducation occidentale qui leur permet d’avoir descontacts avec d’autres langues y compris l’anglais et rarement avec le français. Les apprenants «ron» de la langue française sont susceptibles derencontrer beaucoup de problèmes et de difficultés àapprendre le français. Les problèmes et difficultés sont prévisibles à tous les niveaux de la langue.L’apprentissage du français poseraitdes
14
difficultés pour les «Ron» à cause de la différence de structure, de génie de deux langues. Les deux langues distinctes disposent de genres et de structures différents engendrant par conséquent des différences d’organisation, de constitution interne, à travers la grammaire de chacune des langues. La grammaire de la langue «ron» est tout àfait différente de celle de la langue françaisepuisque la place et le rôle de chaque mot dans la structure sont définis. Il s’ensuitque, pour qu’une structure soit acceptée et acceptable par les membres d’une communauté linguistique donnée comme étant grammaticale,les locuteurs ou les apprenants doivent respecter toutes les règles qui régissent l’opération et l’usage (la grammaire) de la langue, c’est- à-dire que chaque motdoit être bien placé dans sa position en rapport mutuel avec les autres mots de la chaine.
Ainsi, avons-nous toujours dans une structure les prépositions qui jouent le rôle derelier un groupe de motsà un autre groupe ou un mot à un autre mot. Nous pouvons avoir des cas où les positions des prépositions peuvent varier d’une langue à une autre selon la grammaire.Lefrançais par exemple,a sa grammaire qui est parfois différente de celles des langues africaines, par exemple, la position et l’usage d’une préposition peuvent être différents.Voyons les phrases ci-dessous.
Français : Je vais à Jos. [7]
Hausa : Ina tafiyan Jos. [8]
Je vais Jos
Igbo : Anam eje Jos. [9]
Je vais Jos
Yoruba : Mo nlosiJos. [10]
15
: Je vais àJos
Dans les structures ci-dessus, on remarque que pour le français, il y a la préposition «à» qui est placée avant le nom«Jos» servant de complément de lieuet après le verbe «vais», pour que la phrase soit acceptée et acceptable par la communauté française. Dans la langue yoruba, il y a aussi la préposition ‹‹si››. Mais pour les langues hausa et Igbo, on note l’absence de la préposition. Nous notons que l’usage de la préposition en quelques langues autochtones varie de celui de français.Ainsi, à travers notre travail nous allons chercher des réponsesaux questions ci-dessous:
(1) Est-ce que le «ron» (langue autochtone) possède des prépositions comme la langue française ?
(2) Y- a-t-il des formes différentes de prépositions en «ron» comme en français?
(3) Est-ce que les prépositions en «ron» sont placées comme celles de la langue française?
(4) Les prépositions, jouent-elles ou ont-elles les mêmes fonctions que celles du français?
(5) Quelle est la différence (du point de vue syntaxique) entre les prépositions«ron» et celles françaises?
(6) Les prépositions en «ron», sont-elles invariables comme en français?
(7) Y- a-t-il des similitudes entre les prépositions «ron» et celles françaises?
Bref, cette étude servira à combler les défauts linguistiques auxquels les apprenants « ron» de la langue françaisefont face, surtout au niveau de l’emploi de la préposition et de syntagme prépositionnel.
16
1.2 Objectifs de la recherche
Dans ce travail, nous comptons faire une étude du fonctionnement des prépositions en«ron» en servants des prépositions française en faisant ressortir les différences et les similitudes. Nous nous rendons compte que la langue «ron» est l’une des langues les moins parlées et étudiée vu son statut minoritaire au Nigéria.De ce fait, notre étude servira de référence et aussi un matériel de base pour les futurs chercheurs sur la langue «ron», surtout dans l’aspect de la syntaxe, parce que c’est dans l’optique de constituer un ouvrage que nous proposons de faire une étude du fonctionnement syntaxique des prépositions en «ron» en nous servant des celles françaises.
De plus, notre étude facilitera l’apprentissage de la langue française pour les «Ron» en procurant et enenrichissant les documents linguistiques dans la langue «ron». L’étude sera une contributionà la promotion et au développement des langues autochtonesau statut minoritaire précisément le «ron». Elle permettra aux futurs chercheurs de poursuivre des recherches impliquant la langue «ron» et d’autres langues dans une optique contrastive aboutissant à une meilleure envergure linguistique de «ron».
En outre, cette étude vise à suggérer des mesures à prendre par les locuteurs «ron» qui apprennent le françaispour une meilleure compréhension des prépositions et une amélioration de l’enseignement des prépositionsfrançaises aux apprenants de la langue «ron».
1.3 Justification de l’étude
Pour promouvoir les langues autochtones, le gouvernement nigérian exige l’enseignement des langues issues de leur environnement immédiat des élèves. Le gouvernement veut que les citoyens apprennent leurs langues maternelles, c’est pour cela que toute langue a besoin de documents. Lalangue ron «est» l’une des langues
17
autochtones qui manquent de documents. Cette étude trouve donc sa justification dans le souci de contribuer à la promotion de la production des documents pour l’enseignement des langues autochtones. Le manque de documents portant sur le «ron» fait de cette langue une langue peu ou non-étudiée, car il n’y a que peu de travaux de recherches littéraires et linguistiques faits sur cette langue. A notre connaissance, il n’y apas assez d’études réalisées dans ce département sur cette langue.La langue «ron» n’est pas enseignée non plus dans les écoles parce que les documents de référence sont rares et cela peut créer des difficultés aux étudiants et aux chercheurs.Pour cette raison, la langue «ron» est confrontée à des problèmes surtout, lanon reconnaissance. Donc, l’étude sera très utile non seulement aux francisants«ron», mais aussi à tout chercheur sur les langues nationalesau Nigéria.
Notre étude sera très importante, surtout dans le domaine de la linguistique, cela va aider les apprenants à bien utiliser les prépositions dans la phrase parcequ’il se peut que les prépositions posent beaucoup de problèmes aux apprenants.
1.4 Portée et limite de l’étude
La langue «ron» possède des dialectes différents, mais, nous nous intéressons audialecte de Ron-murwi qui est parlé par la majorité du peuple «ron». Nous nous limitons aux prépositions en français et en «ron»pour en faire ressortir les fonctions syntaxiques.
1.5 Conclusion
La langue «ron» est parmi les langues minoritaires du Nigeria. Elle est peu parlée et peu répandue dans le pays. Elle est aussi peu documentée. C’est pour cela que nous voulons entreprendre cette étude pour combler le vide crée par la pénurie de documentation sur la langue et aussi pour améliorer l’apprentissage de la langue. Alors, dans ce chapitre,
18
nous avons précisé le problème de recherche, l’objectif de l’étude, la justification du sujet et la portée et limite de l’étude.
19

GET THE COMPLETE PROJECT»
Do you need help? Talk to us right now: (+234) 08060082010, 08107932631, 08157509410 (Call/WhatsApp). Email: edustoreng@gmail.com